Le sLeAbLog

dimanche 25 décembre 2005

Noël...Joyeux Noël...

 

JOYEUX NOEL à vous tous !

Je ne suis plus une petite fille mais j'adore le moment des fêtes (sauf courrir dans tous les sens pour trouver des cadeaux :-. )
Pourtant dernièrement en parlant des fêtes de fin d'année, je me suis rendue compte qu'un grand nombre de gens n'aimaient pas cette période et n'ont qu'une hâte : qu'elle se termine. 8-o
Après une courte analyse, j'ai remarqué que ces personnes sont pour la plupart des adultes d'un certain âge (mmm disons aux alentours de la cinquantaine), qui n'ont pas vraiment de famille ou alors leur famille est divisée (les enfants vont passer noël chez papa cette année). Je conçois qu'effectivement dans ces cas là, Noël puisse être une période triste. Car noël, c'est avant tout le partage, les moments de retrouvailles en famille. Et puis c'est tellement mignon d'entendre un petit garçon dire " j'espère que le père Noël sait que j'ai été sage".

Rassurez vous à l'heure où j'écris ces mots, le père noël n'est pas encore passé, mais avec la technologie moderne, ce message s'affichera à minuit pour souhaiter un Joyeux Noël à tous les gens seuls et tristes, un peu d'amour et de magie pour faire rêver....

Euh... je m'évade là.

JOYEUX NOEL !

lundi 19 décembre 2005

Le roi de la bricole

 

Chez la famille sLeAbO, on a de la belle bagnole. Toute neuve de 91 pour l'une et 93 pour l'autre (la NadyMobile). Comme il se doit, tous les deux ans, il y a une sorte de magouille pour gagner facilement 54€ diplome à faire passer aux véhicules récents comme les nôtres. Bon, pour la sLeAbOMobile, on devait juste le faire depuis juillet, mais on s'en est rendu compte que fin novembre... Hum :.

Comme elle a un petit souci de jeunesse au niveau du freinage, je n'étais pas super enthousiaste d'emmener la voiture au contrôle technique. Sans rentrer trop dans les détails (bien que si un mécano de mes lecteurs a une idée au vu des symptômes, je suis preneur), aux premiers freinages, elle freine surtout uniquement de l'arriere. Ne vous affolez pas, ça fait toujours ça quand c'est neuf. Bref, du coup, j'investigue un peu sur titine et il s'avère que les plaquettes de freins à l'avant sont quasi mortes. Y a t'il un lien avec le problème ? On verra bien, quoiqu'il en soit, c'est parti pour un peu de mécanique.

La manip :

  • serrer le frein à main
  • débloquer les vis de la roue avant gauche sans les dévisser à fond
  • installer le cric et soulever la voiture jusqu'à ce que la roue ne touche plus le sol
  • finir de déviser les vis
  • retirer la roue
  • se faire une image mentale de l'ensemble avant démontage en vue de le remonter à l'identique
  • démonter les plaquettes de freins
  • aller acheter des plaquettes neuves avec les anciennes dans la poche à des fins de comparaison. N'avoir qu'une confiance qu'EXTREMEMENT LIMITEE dans les foutus tableau de références des supermarchés (valables pour les bougies, filtre à air, huile et gasoil)
  • commencer à remonter les plaquettes neuves
  • se demander où vont ces $*#@%!! de truc-bidule
  • pester contre les 3 lignes avares en détails de la revue technique automobile[1]
  • faire tenir l'ensemble des pièces d'une manière à priori satisfaisante
  • remettre la roue en place
  • resserrer grosso-modo les vis
  • redescendre le cric
  • bloquer les vis de la roue
  • se redresser, fier de l'ouvrage réalisé et se dire : changer des plaquettes ? pfff, trop facile

Pour l'autre roue, c'est pareil, sauf qu'il n'y a pas besoin de retourner acheter des plaquettes et que quand on regarde le montage sur cette roue, on comprend de quelle manière se montent les fameux truc-bidules et on réalise qu'on les a mal montés sur la première roue. Damned. On torche le remontage sur cette roue, maintenant qu'on a compris, et zou, on refait le tour de la voiture et recommence pour remettre correctement les truc-bidules.

  • débloquer les vis de la roue avant gauche sans les dévisser à fond
  • installer le cric et soulever la voiture jusqu'à ce que la roue ne touche plus le sol
  • finir de déviser les vis
  • retirer la roue
  • observer qu'effectivement les truc-bidules sont mis n'importe comment
  • remonter les plaquettes correctement cette fois
  • remettre la roue en place
  • resserrer grosso-modo les vis
  • redescendre le cric
  • se redresser, fier de l'ouvrage réalisé et se dire : Bon, cette fois, c'est bon.

Allez un petit test sur un allez retour de boulevard, zou, ça freine mais on dirait bien que les 3 premiers freinages sont toujours aussi merdiques. Mbon. Note pour avant le contrôle technique : Freiner au moins 3 fois avant de faire vérifier la voiture.

Une semaine plus tard, rendez vous est pris pour l'examen de la sLeAbOMobile. Je suis résigné. La contre visite sera inévitable, mais au moins j'aurais 2 mois pour résoudre mon problème et je pourrais rouler dans l'intervalle sans être hors la loi. C'est parti, le mécano prend la bagnole, la secoue dans tous les sens, teste les freins, les suspensions, la fait monter sur son cric géant, inspecte, renifle. Verdict : La sLeAbOMobile est à nouveau homologuée pour 2 ans! Grosse surprise!

Je rentre, exhibe fièrement le nouveau macaron sur le pare brise sous les yeux de Nady. Tiens, pour fêter ça, allons faire les courses. Sitôt dit, sitôt fait, nous voilà en route. Sauf que.

Dès le premier virage, c'est à dire à 74 mètres de notre portail, un bruit bizarre se fait entendre. Il ne laisse aucun doute : il y a un truc pété, c'est pas possible autrement. :( Pourtant titine roule toujours. Avant de prendre le périph, je m'arrête pour controler le cardan de la roue avant gauche car je suis persuadé que c'est lui qui a pris du jeu... Rien. Il a l'air intact. 8-o Tant pis, on continue. Sur le périph, c'est une catastrophe Thérèse, à chaque virage, à chaque décélération le clocloclocloc résonne dans tout l'habitacle. Même l'autoradio ne parvient pas à couvrir le vacarme. Et pourtant, c'est le seul objet performant dans la voiture pour lequel j'ai justement investi pour couvrir tous les bruits bizarres de jeunesse de titine. :-D Arrivés au supermarché, Nady et moi nous regardons, dépités. J'appelle Papa, consterné. Son pronostic est sombre. :-/

Le retour est encore pire. C'est simple, je scrute dans le rétro pour vérifier qu'on ne perd pas des morceaux... $-0 J'ai profité des courses pour acheter des chandelles, sortes de tréteaux pour voitures plus stables qu'un cric, pour inspecter la voiture. Avant de la lever, je m'apprête à débloquer les vis et ...
grand moment de solitude :-. , je réalise que les vis ne sont pas serrées. Elles sont mêmes dévissées de quelques tours... Quand je soulève la voiture, la roue brinquebale. Heureusement, rien n'est abimé, je n'ai roulé que sur une petite distance.

Si on reprend la manip que j'ai faite sur la roue avant gauche, on se rend compte qu'après avoir enlevé le cric, je me suis redressé, fier de l'ouvrage réalisé sans bloquer les vis... Elles tenaient à peu près jusqu'au test des suspensions du contrôle technique qui consiste à faire vibrer les roues. Les vibrations ont suffit à décoincer les vis du peu qu'elles tenaient puis au retour, elles ont commencé à se dévisser.

La grosse honte. Le mécano du dimanche... :.
Je rapelle mon père, un rien piteux mais tout de même rassuré de ne pas avoir plus de frais à prévoir... Au moins, dans toute cette histoire, je l'aurais bien fait rire...

Notes

[1] bible du roi de la bricole

dimanche 11 décembre 2005

Toujours faire face

 

Dans nombre de situations, mieux vaut ne pas tourner le dos à ce qui semble être le danger. Parfois, ce n'est pas évident à expliquer. Par exemple, notre facteur. L'autre jour, Nady rentre à la maison, et range la voiture dans le garage. Au moment ou elle referme le garage, Kafi, qui joue autour d'elle, aperçoit le fameux facteur au bout de l'allée. Son instinct de gardien ne se fait pas attendre : Gros aboiements et zou, le voilà qui se précipite en direction du facteur. Celui çi a un réflexe du tonnerre : Il prend ses jambes à son cou.

Là, Nady assiste à une scène mémorable. Alors qu'elle rappelle Kafi qui s'arrête un peu après le portail, elle voit le facteur sauter une clôture pour se réfugier dans le jardin du voisin. LOL Enorme, non ?

Se retenant à grand peine de rire, elle interpelle le malheureux facteur :"Il ne faut pas courir ! Il ne va rien vous faire !"
Ce à quoi le facteur répond (avec raison) "Comment voulez vous que je le sache ?"
En effet, je le comprends, même mon gentil toutou, quand il aboie méchamment, on le trouve nettement moins avenant. Alors s'il se met à galoper vers vous en même temps, je conçois sincèrement qu'on n'en mène pas large. Ceci dit, les chiens en général ne sont pas téméraires au point de sauter à la gorge des visiteurs. Pour avoir vu Kafi faire, ils se contentent d'aboyer et de grogner, de hérisser leur poil et de rester à distance respectueuse. Le but du jeu est de faire peur pour que le visiteur s'en aille. Manoeuvre parfaitement réussi avec le facteur.

Mais s'enfuir devant un chien, mauvaise idée. Sauf à vraiment être tout prêt d'un lieu de sécurité. D'abord en lui tounant le dos, on ne voit plus ce qu'il fait et que généralement à la course, on n'a pas franchement l'avantage. Ensuite, en s'enfuyant, on montre clairement sa faiblesse et surtout on se transforme en gibier. Le jeu est lancé, le chien court après vous. D'autant que généralement, le grand jeu entre un chien et son maître c'est de jouer à la course, alors s'il se présente quelqu'un qui veut faire la course, le chien est partant !

Bref, si un chien court vers vous, il y a fort peu de chance qu'il vous attaque spontanément (hors dressage spécifique, encore que en cas de dressage, le chien est censé obéir à un ordre). Il va peut être faire de l'esbrouffe mais lui faire face c'est lui montrer que vous gardez l'ascendant.

Cela dit, je comprends le pauvre facteur de l'autre jour, qui doit avoir à faire avec nombre de chiens à l'aspect menaçant, mais il faut avouer que le voir jouer à sauter les clotures était plutôt croquignolet. Toutes nos excuses monsieur le facteur, mais la prochaine fois que vous verrez Kafi, tendez lui la main, et il viendra vous faire de grosses lechouilles...


Kafi à l'entraînement Accueuil facteur