Mercredi dernier, c'était la demi-finale, difficile de ne pas l'avoir su. Nady et moi sommes allés voir ce match chez un copain. Bon, le match en lui même, moyen, mais très bon moment entre amis. Ensuite, petit tour en ville. C'est marrant 2 minutes 24 et puis la présence de gros débiles se fait franchement ressentir, qu'ils soient à pied, en voiture ou a massacrer leur moto à grand renfort d'accélérateur... Pitoyable.

En 1994, lorsque la Colombie se fait sortir du Mondial, le monde entier s'émeut de l'assassinat de Andres Escobar, auteur du but contre son camp fatidique. On s'accorde sur le fait que, tout de même, ils sont un rien cintrés, en Colombie pour buter un foutbôlleur. Tuer quelqu'un pour du sport, c'est vraiment barbare...

En 2006, lorsque les français descendent dans la rue pour fêter l'accession en finale de leur équipe, on dénombre 5 morts. 5. Cette fois, c'est bien chez nous, pas chez de lontains sanguinaires. Pour du foutebôle. On peut toujours remarquer que ce sont des morts accidentelles, pas des crimes. Mais enfin, je trouve que ça souligne encore plus la stupidité de la situation : Des gens qui n'ont absolument aucun lien avec l'équipe de France sont mort parceque cette équipe va jouer la finale. Même pas parcequ'elle a gagné ou perdu la finale en question... Désespérant, la condition humaine n'en finit pas de me décevoir.

Regarder le match à plusieurs, c'était sympa, on recommencera pour la finale, mais on peut être sûr qu'on ne me reverra pas de sitôt dans la rue à beugler pour une victoire de quelque équipe de quelque sport que ce soit. On en revient quand même à la même réflexion, ce n'est pas le sport mais bien la foule qui rend con.