Le sLeAbLog

mercredi 15 novembre 2006

Maison, sweet maison.

 

La semaine passée, nous somme passés au point suivant de notre liste "gros projets". Après le mariage, la maison à nous. Nady a donc contacté (parce que, pour être tout à fait honnête, je suis très nul pour ce qui est de faire le premier pas.) une agence immobilière en voyant une annonce pour une maison dans le coin qui nous plait. Après cette visite nous étions lancés dans l'aventure.
Au passage, l'agent immobilier : une pitoyable Brêle.
On aurait presque dit Palm@de dans le spot publicitaire : "Des pièces, des pièces... Le bouton pour le pipi, le bouton pour le popo". Bref...

Ce que nous n'avions pas fait, bien que nous en parlions depuis des lustres, c'est d'aller parler à un escroc banquier, histoire de quantifier un peu le budget dont nous pourrions disposer. Le fait est que ma banque est toujours celle de mes jeunes années (comprendre "à une heure de route") et que la personne en charge de mes comptes dans cette agence mérite plus le titre de bouffonne que de conseillère selon moi.
Heureusement pour nous, se tenait le weekend dernier le salon de l'habitat à Nantes (il y a une deuxième édition le weekend prochain, pour les ceusses qui auraient raté le coche). L'occasion de prendre contact avec des constructeurs, des artisans et des ... ?
Banquiers, oui. Merci de suivre.

Trois grandes enseignes sur le salon, on s'est dit "Chouette ! Ils devraient pouvoir nous faire au moins une estimation, ne serait-ce qu'à la louche". Hé bien non ! Pour deux d'entre elles, on nous a expliqué qu'ils n'avaient pas le logiciel, vous comprenez, qu'ils allaient prendre tous les renseignements et nous recontacter. Tout ça malgré la présence de PCs pour des recherches immobilières sur les stands. En 2006, avoir un portable avec le bon soft dedans, pour une banque, ça n'est certainement pas insurmontable que ce soit techniquement ou financièrement. Seule la BNP (pour ne pas la citer) était en mesure de nous faire cette étude, et plutôt détaillée, alors qu'une réponse plus approximative nous aurait satisfaits.
Le pire dans tout ça c'est sans aucun doute le temps que nous aurons attendu avant de pouvoir rencontrer un conseiller de la même banque que la mienne. En effet, ces messieurs encravatés étaient occupés à tourner le dos aux visiteurs en dégustant force petits fours et moultes coupes de champagne. Qu'on ne se méprenne pas, ce n'était pas pour accueillir leurs clients. Ca ressemblait plutôt à des commerciaux fêtant leurs bons résultats. J'ai trouvé cela franchement déplacé, hautain et m'a-tu-vu au possible.

Sans compter que le "conseiller" qu'on a fini par enfin rencontrer nous a tenu un discours qui tenait plus du boniment de foire que de l'information sur le financement immobilier. Il faut dire qu'imbibé au champagne, il devait avoir du mal à mener un raisonnement cohérent. Son attitude et ses propos ont fini par me faire croire que je balossais finance avec un habitué du PMU du coin. Une chose est sûre : on ne fera pas affaire avec lui non plus.

mercredi 8 novembre 2006

Changement d'antipourriel

 

Jusqu'à présent, spamplemousse avait bien fait son office. Mais il a un défaut lorsque sa vigilance est trompée, c'est un vrai bordel pour aller faire le ménage et retirer les commentaires et/ou trackbacks un par un dans chaque post infecté. Jusqu'ici, lorsqu'il y avait une faille, les dégâts étaient limités : 3 commentaires à virer, et puis je rajoutais un mot clef dans la black list et roule ! Or, pas de chance, depuis quelques jours, c'est mon tour, je me fait pourrir de trackbacks véreux et spamplemousse se fait avoir.
Alors bon, je commence à faire le ménage, mais à coup de 30 envois en 10 minutes, je n'avance à rien. Du coup, je cherche un autre outil à croiser avec spamplemousse.

Grâce au wiki de dotclear, je me dégote un concurrent, en l'occurrence SpamClear qui présente l'immense avantage de gérer par page entière la suppression de commentaires et trackbacks, en plus de se baser sur un filtre bayesien pour filtrer (au lieu de white/black list).

A vrai dire SpamClear aura sans doute ses failles comme spamplemousse, mais au moins, ce sera plus pratique à réparer et plus besoin d'analyser quel mot clef ajouter à la liste des chieurs : Il suffit de cliquer sur 'ceci est un spam'. Il est vrai que j'aurais pu utiliser un n-ième plugin pour la gestion plus pratique des messages en plus de spamplemousse, mais bon, moins il y a de plugins, mieux je me porte. J'aurais aussi pu le mettre à jour (spamplemousse), mais ça n'aurait pas apporté grande amélioration, je crois.

Désolé pour ceux, s'il y en a, qui me lise via agrégateur rss, ils ont dû recevoir une flopée de saloperies et il y en aura peut être d'autre, le temps que j'éduque Spamclear.

---EDIT : 11 minutes plus tard, 105 spam de trackbacks... Quand je dis que le sLeAbLog se fait pourrir, c'est pas une métaphore...---

lundi 6 novembre 2006

VDN : Le bilan

 

Notre voyage de noce est déjà loin (snif), mais le fait de me replonger dans mes notes pour le relater sur le blog me l'a fait vivre un peu plus longtemps. De plus l'avoir écrit, devrait me permettre, je l'espère, d'en conserver longtemps un souvenir plus précis.

Alors, ces 3 semaines au Maroc, ça représente :

  • une vigntaine d'heures de train
  • quelques heures de taxi collectif et petit taxi
  • 13 heures de car

Une boucle d'environ 2200 kilomètres. Dommage qu'on n'ait pas eu de compteur sur les roulettes de nos valises, parceque pour leur premier voyage, elles on dégustées, et pas que du terminal d'aéroport propret.

Notre boucle

3 semaines au Maroc, c'est aussi pas mal d'eau minérale, mais surtout, pour moi, une consommation de sprite infiniment multipliée puisque je n'en bois habituellement jamais.

Ce sont aussi des dépenses inattendues : une boite de médicaments contre le rhume et une pile bouton trouvée en dix minutes dans les souks, malgré sa référence improbable.
Le voyage aurait été très différent si nous n'avions pas eu dans nos poches les enfoirés, Diam's et son big up, plein de Tryo (qui appelent notamment à user les pavés), Dire Straits parceque j'ai toujours aimé les écouter sur la route ou les rails, Goldman Frederick & Johns pour leur New Morning, Anaïs et son cheap show. Ils ont raccourci certains trajet et leurs vertus antiémétiques[1] ne sont plus à démontrer.

Bizarrement, c'est à Marrakech que j'ai redécouvert que Les trois mousquetaires ne se résumait pas à retrouver les ferrets de la Reine... A cause du seul bouquin en français qui traînait dans l'hôtel. Ca me fait penser qu'il faudrait que j'aille l'emprunter, vu que je n'ai pas eu le temps de lire jusqu'à la fin.

C'est surtout un dépaysement génial, ce genre de trip. Des rencontres, des images et la sensation d'être partis 2 mois au moment de sortir de l'aérogare de N@ntes Atlantique. Des vrais vacances, qui permettent une bonne coupure avec notre train train et aussi de relativiser nos petites misères d'occidentaux nantis.

Notes

[1] Pas mal ce mot, émétique, non ? Ha ben c'est quand même plus classe de trouver un film émétique plutôt que gerbant...

samedi 4 novembre 2006

Podcast#01

 

Cette nuit le chien m'a permis de mal dormir. J'ai eu beau me lever et le gronder pour qu'il arrête d'aboyer. Malgré tout, il a recommencé régulièrement. Il n'y avait personne dehors, pas de bestiole à faire du bruit dehors dans le gravier. Je n'ai compris que ce matin. Du coup, je me suis décidé à faire le premier podcast de ce blog.

Marrant. Non ?

mercredi 1 novembre 2006

Reviens !

 

Chérie, il faut absolument que tu rentres à la maison. C'est pas pareil quand t'es pas là.
Il y a un moustique dans la maison et comme tu n'es pas là, c'est moi qu'il pique.
Il faut vraiment que tu reviennes.