Le sLeAbLog

jeudi 15 février 2007

Les routes de l'indépendance

 

J'ai l'humeur mélancolique depuis que j'ai visionné ce fameux DVD des K2R Riddim. D'abord parce que la section cuivre de ce groupe représente exactement ce que j'aurais aimé jouer comme style de musique.
Mais c'est surtout la partie documentaire qui me fiche le cafard. Les musiciens de K2R sont aussi leurs propres producteurs. Ils sortent du schéma classique maison de disque/musique préformatée. Ca me fait plaisir d'acheter leur CD en me disant que sur le prix, p@sc@l n€gr€ ne touchera rien, et que tout profitera aux artistes. Mais je m'éloigne de mon sujet.

Voilà donc un DVD qui présente l'histoire et le fonctionnement d'un groupe d'une dizaine de musiciens partis de rien, auto-produits, qu'on ne voit pas dans les circuits de grande consommation de la musique mais qui vivent tout de même de leur passion. Et du coup sans suivre le dictat de je ne sais quelle mode R'n'Hop. Leurs déveines, c'est leur faute, mais leur succès, ils ne le doivent qu'à eux même.
Alors oui, ils en ont certainement bavé. Ils ont à coup sûr mangé leur lot de pâtes à rien mais quelle vie passionnante, quand même. Se lever le matin pour aller souffler dans un instrument ou pour prendre la route et partager sa musique avec le public, ... C'est autrement plus motivant que le boulot tâcheron de la plupart d'entre nous...

Du coup, que j'me dis comme ça, c'est sans doute ça la vraie vie. Et c'est encore plus dur de me lever le matin pour aller pondre du soft embarqué neuf heures par jour, à des fins pas super écologiques... Je me rassure en me disant que eux nous envient de nous être posés, de nous être construit maisons et familles.

La fameuse herbes (de nos vaches folles) est donc toujours plus verte l'autre côté de la haie...

mardi 13 février 2007

Discussion de bureau

 

Avec un collègue à propos d'une connaissance commune :

-Lui: Tu sais qu'il est sorti avec quasiment toutes les nanas de la boite ?
-Moi: Non ??!
-Lui: Sisi, aparrament, c'est bien achalandé en petite coquine là bas...
-Moi: Ha ! C'est sûr que nous on n'a pas ça chez nous. Les rares demoiselles ici sont archi maquées.
-Lui: Pas très ouvertes, quoi...
-Moi: ...
-Lui: ...
-Moi: En même temps, toi et moi on n'a pas besoin de ça...
-Lui: Ca c'est vrai !
-Moi: Nous on a trouvé des perles.
-Lui: Des bijoux même!
-Moi: ...
-Lui: ...
-Moi: Bon, gardons les compliments pour quand elles seront là, hein.
-Lui: Ouais, là ça sert à rien.
-Moi: Mais quand je la verrai, soit sûr que je lui rapporterai comme tu ne taris pas d'éloges à son égard
-Lui: De même pour toi, de même.
-Moi: Oui, enfin... heu... Va pas falloir le faire en même temps, j'ai peur qu'on perde en sincérité...

Lui et moi, on est très fort quand il s'agit de jouer aux gros beaufs...