Le sLeAbLog

dimanche 10 février 2008

Nous voilà un de plus

 

Abandonner sa chérie un peu tard le soir, connectée à la machine qui surveille l'activité de bébé en sachant que demain, si tout va bien, il ou elle arrivera, c'est pas exactement ce que j'avais imaginé comme première soirée tout seul à la maison. Ni ce que j'avais décrit il y a quelques jours.

Y retourner le matin, pensant être prêt et retrouver Nady usée, fatiguée par les contractions commencées il y a cinq heures. La péridurale vient de lui être posée et elle réagit bizarrement, limite incohérente, shootée par le produit. Pendant la première contraction que je vis à ses côtés, le rythme du bébé s'écroule. Comme si ça ne suffisait pas, Chérie se met à trembler de partout, ça me fait penser à des convulsions. Il faut se rendre à l'évidence, je ne suis carrément pas prêt. Personne ne m'a expliqué où en est la situation avant que je rentre dans la salle de travail et je vois la crainte dans les yeux de Nady. Pendant une seconde, j'envisage de ressortir, histoire de me reprendre...

Et puis le produit anesthésique s'en tient à son rôle, les effets secondaires se dissipent, et Nady retrouve un peu plus de sérénité, la sage-femme semble trouver la situation nominale. Quand vient le fameux moment de la poussée, tout va très vite puisque ma chérie n'aura besoin de pousser que trois fois. Contrairement à ce que je croyais, la sage-femme était donc sincère quand elle disait que Nady travaillait très bien. Une fois la tête sortie, l'explication est là : Les deux tours de cordon autour de son cou explique la soudaine baisse d'activité que Nady avait ressentie la veille et qui a mené les médecins à déclencher l'accouchement.
Notre fils arrive à 10h13, je suis submergé par l'émotion, c'est indescriptible.

Au moment d'appeler mes parents, l'émotion est toujours là, intense, et quand ma mère me demande comment je vais, je ne parviens qu'à bafouiller : Ben... Je suis papa...

sLeAbAby va bien. Cassé par la fatigue, il fallait bien se résigner à rentrer ce soir, mais c'était bien difficile de laisser la maman et le petit être qui n'est pourtant avec nous que depuis une dizaine d'heures.

Bienvenu, mon bébé, on est tellement heureux de te voir arrivé...

dimanche 3 février 2008

Les maux de la fin

 

On dit que les femmes enceintes sont le plus souvent radieuses…et jusqu’à présent on m’a plutôt dit que la grossesse m’allait bien…
Seulement depuis quelques temps j’ai vraiment du mal à le croire quand je regarde mes cernes dans une glace. Je suis plutôt du genre prosaïque, terre à terre mais sincèrement les femmes qui disent que c’est génial d’être enceinte, je n’arrive pas à les croire à 100%...
Au début j’ai été embêtée avec des nausées et vomissements assez désagréables. Ensuite, j’ai eu pas mal de contractions et pour ne pas que j’accouche prématurément j’ai été mise au repos forcé. Adieu le shopping pendant les soldes, les longues ballades ou les départs en WE.
Je pensais que le pire était passé. Erreur ! Le pire c’est la fin.
En effet, depuis quelques jours je fais des insomnies. Avant déjà, il fallait que je me lève au moins toutes les deux heures, mais entre chaque j’arrivais quand même à me rendormir et surtout je récupérais assez bien en dormant le matin.
Mais hélas, ce temps là est révolu, car maintenant non seulement je n’arrive pas à m’endormir la nuit mais le matin non plus. Et alors les siestes qui pourraient me sauver et que tout le monde me conseille de faire ???…déjà à la base ça n’a jamais été mon truc, enceinte non plus, et malgré un cumul de fatigue et un manque de sommeil qui commence à devenir permanent, je n’arrive pas à en faire UNE seule dans la journée…
J’ai un peu peur de ne plus avoir d’énergie quand le moment de l’accouchement viendra. Comment peut tenir un corps qui a un manque cruel de sommeil

Bon bon, j’arrête de me plaindre…mais franchement c’est quand la fin ?