Le sLeAbLog

jeudi 27 mars 2008

Kafi fait du boudin

 

En ce moment, j'ai plusieurs métiers. La semaine, j'ai mon boulot, du lundi au jeudi et le vendredi je deviens peintre, plombier, cuisiniste, carreleur... Hé oui, la nouvelle maison tout bientôt, ça implique pas mal de boulot. Du coup, même junior je ne le vois que peu. La preuve, il ne réserve ses sourire qu'à Nady ou à la grand mère, bravo.

Quant à Kafi, le pauvre, c'est vraiment la cinquième roue du carrosse, bien qu'il soit avec Nady la journée, le trajet cuisine-salon, même cinquante fois, c'est pas ça qui fatigue un berger allemand. Surtout que ce n'est pas courir qu'il veut absolument. Non, lui il veut faire des activités avec ses maîtres. Alors quand il est venu peindre avec nous, dimanche dernier, enfin je dis peindre avec nous, c'est une vue de l'esprit, hein, bricoler avec Kafi, ça veut dire qu'il se couche au mieux à tes pieds (ça veut dire sur les pieds) sinon entre toi et l'outil, mais il ne sait pas plus peindre que carreler, il participe par sa très proche proximité. Oui, donc je disais avant de digresser que dimanche dernier quand on l'a emmené bricoler avec nous, il était super content.
Ha ça ! Quand il a compris que c'est pour lui qu'on ouvrait le coffre, ça obéissait à la seconde avec joie et empressement. D'ailleurs, je me demande si ce n'est pas le trajet en voiture plus que la finalité qui lui plaît. La preuve, au retour, on avait un peu perdu de vue qu'on devait ramener l'électroménager de la cuisine qu'on ne voulait pas laisser sur le chantier et qu'on ne disposait que d'une corsa. Hé ben entre le four, les plaques induction, les outils et les sièges avants, soit quarante cinq centimètres sur un mètre, au mieux, mon Kafi, il était content. Même pas la place de faire demi-tour, mais lui, il avait l'air super jouasse.

Le lendemain, voir son maître partir sans lui, ça lui a brisé le cœur. Après avoir copieusement pleuré, il s'est répandu sur son tapis pour geindre toute sa misère et sérieusement bouder. Il n'a pas bougé de là de la journée. Même les consolations de Nady ne sont parvenues à lui faire ne serait-ce que lever la tête. Pauvre toutou. Je n'ai vraiment pas de temps à t'accorder depuis un mois...

Mais c'est bientôt fini. Lundi en huit, tu auras un super grand terrain, d'autant plus grand qu'il n'est pas (encore) clôturé et le GR le long de la Loire tellement proche que les balades à l'hippodrome ou le long du Cens te sembleront nullissimes. Patience, mon chien. Encore une grosse semaine.

mercredi 12 mars 2008

Le quart d'heure Nino Quincampoix

 

D'aucuns crient à l'abandon de poste. Alors, je vais balancer l'excuse bidon du jeune papa : "ha ben oui, mais avec les nuits qu'on ne fait pas, blablabla.", mais il va bien se trouver dans mes lecteurs lectrices [1] quelqu'un pour répéter la vérité, à savoir que sLeAbO junior est le bébé du prospectus qui ne pleure pas trop, qui ne se réveille qu'une fois par nuit 8 jours après la naissance et qui dit bonjour en 5 langues et qui ouvre de grands yeux sur tout ce qui l'entoure...

J'ai toutefois une autre excuse, limite vraie : on déménage début avril. Il faut terminer l'aménagement de la nouvelle maison et ça me prend un peu de temps avec mon Papa.
Enfin, heureusement que j'ai repris le taf, ça m'a permis d'enfin dépiler mon lecteur rss, sinon j'aurais jamais eu le temps. Du coup, je découvre plein de trucs à lire et qu'on m'a chargé d'une corvée supplémentaire d'un exercice amusant, en l'espèce : le questionnaire Poulain.
Pas le chocolat en poudre, l'Amélie.

"Si Amélie Poulain aime briser la croûte des crèmes brûlées avec la pointe de la petite cuillère, faire des ricochets sur le canal Saint-Martin et plonger la main dans un sac de grains nous avons tous et toutes des petits plaisirs qui n'appartiennent qu'à nous et qui quand on se sent épuisé, nous redonne du baume au cœur."

Je ne crois pas avoir de petit plaisir qui n'appartient qu'à moi. Il faut bien reconnaître que dernièrement, j'ai découvert un tout nouveau truc très baume-au-cœurisant mais pas du tout original : le serrage de bébé contre soi. Ça marche avec n'importe lequel, notez, mais quand c'est le sien, c'est incomparable. Toc, et d'un.

Prendre la route à moto sous le soleil du tout début d'après midi, ça me colle une banane d'enfer. Enrouler les virages, répondre au salut d'un motard qui à l'air lui aussi de se promener... Grisant. De deux.

Pour finir, on va croire que je repompe sur le petit sucre, c'est en rapport avec l'Océan. Rien ne me ressource plus que quand je m'assois sur un bon gros bout de granit breton, bien d'cheu moi. Respirer l'air du large, entendre le vent, les vagues. L'impression d'être à ma place, sur mes racines, apaisé.
Même s'il fait moche.
D'ailleurs, c'est peut être plus efficace quand la météo est pourrie. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas fait ça tiens...

Notes

[1] Ben oui, à part XIII, je crois bien qu'il n'y a que des filles à venir régulièrement...