Le sLeAbLog

mercredi 23 juillet 2008

Panne de rasoir

 

Ce matin, en saluant mes collègues, y en a un sur deux qui me fait une réflexion sur le fait que je ne suis pas rasé depuis presque une semaine.

...

ET ALORS ??!!! Kesssapeuvoufoout' ?!

lundi 21 juillet 2008

Nostalgie

 

Je suis passé, l'autre jour, devant une boutique de jouets anciens. Vieux automates mécaniques, jeux oubliés et maisons de poupées... Il y avait plein de petites choses, d'ailleurs, pour ces répliques de maisons pour petites filles. Avisant un lot de mini-chaises certes ouvragées, je demandais à la vendeuse ce qui justifiait son prix à trois chiffres. "Mais ce sont les petites chaises de Myrtiosa !!!". Devant ma mine déconfite, elle me désigna une petite poupée, visiblement recherchée par je ne sais quels collectionneurs vu le nombre de chiffres qu'arborait l'étiquette. Et puis elle est repartie, dédaigneuse, s'occuper de vrais clients qui connaissait les poupées Myrtiosa et surtout leur valeur…

Myrtiosa... Quel prénom bizarre. Ça me ramenait un petit paquet d'années en arrière, quand, profitant des vacances, je partais crapahuter avec mon cousin inventant des histoires fantastiques, inspirées par ce que tous les gamins peuvent lire d'aventures et de quêtes héroïques. Myrtiosa, typiquement le nom dont j'aurais rebaptisé l'île de nos vacances pour en faire une île mystérieuse, abritant nos pérégrinations de bandits imaginaires. La moindre des collines devenait la montagne de l'âme perdue. Un creux dans une roche et nous avions la grotte secrète de pirates fantômes, la cahute déglinguée sur la plage était notre fortin à défendre contre les forbans de la côte. L'été nous donnait l'occasion de rejouer maintes fois de chevaleresques épopées :

- Halte la ! On ne passe pas... Rebroussez chemin ou il vous en cuira.
- Écartez vous, je passerais, quoiqu'il en coûte.
- Alors il faudra nous tuer tous !
- He bien vous mourrez, la mort est mon métier...

Dans le soleil couchant nous rentrions enfin, auréolés par la gloire, la lumière et la boue parfois, et ces fois la, peut être que nos mères regrettaient d'avoir des enfants chevaliers qui ne savaient éviter les flaques...

Au départ, je pensais donner du boulot à akynou en faisant le malin et en lui refilant une liste de BD parce que je n'avais pas d'idée de romans pour son jeu. Mais en fait, c'était aussi pour notre pomme, le jeu. J'ai hérité des titres de Andrem et j'ai fait ce que j'ai pu...

vendredi 18 juillet 2008

cinq ans plus tard

 

Il y a cinq ans, jour pour jour et à la minute près, le sLeAbLog voyait le jour.. La faute à d'autres blogueurs. Trois autres fondus d'internet dont je lisais le blog à l'époque, à savoir Flaoua qui la veille de mon premier post était tiraillée par le mal et semblait y avoir succombé le lendemain, XIII se demandait si la South African Airways n'était pas un peu radine et Leeloolène, après avoir mis les points sur les i à ce qui ressemblait déjà a du troll, revenait dans la cité corsaire.

Je ne savais pas encore que je finirais par rencontrer deux de ces trois personnes. Encore que pour XIII, je me demande si nous ne nous étions pas déjà envoyés en l'air vus. Tout comme lui à l'époque, j'écrivais tout en html, mais ça m'a rapidement fait braire. Je voulais pouvoir avoir des commentaires, des trackbacks et surtout une interface plus cool pour ne plus remplacer tout mes 'é' par 'é' et ainsi de suite...
J'avais bien bidouillé un système avec haloscan (Tiens, ça existe toujours !) pour avoir quand même des commentaires, mais ce n'était pas simple. Et puis le système de navigation billet par billet à l'aide de lien, c'était pas terrible. D'ailleurs comme chez XIII, il n'y a qu'à voir ses archives, pas moyen de pointer précisément sur son billet du 17 juillet 2003. Un peu plus d'un an après, je basculais sur DotClear qui fête lui aussi ses cinq ans en ce moment...

Je ne sais pas trop si le ton à changé. Sans doute un peu. Parce que ce n'est plus tout à fait anonyme et parce que Nady y écrit aussi[1]. Les mots clefs que la famille tape dans google pour trouver notre autre blog à propos de la maison les amènent ici, je le sais, même si peu m'en parlent.
Au tout début, je pensais tout faire pour rester dans l'anonymat. Et puis maintenant, après bientôt trois cent cinquante billets, il m'est finalement assez indifférent que la curiosité[2] de vagues connaissances les pousse à éplucher le site. Ils ont peut être du temps à perdre et il n'y a rien de vraiment crucial à découvrir, le blog où je parle de cul est vraiment bien caché, lui...[3]
Finalement, c'est aussi ce que font pas mal de parfaits (?) inconnus qui cherchent des infos et/ou des images de tatouage au hénné, de Saidia, d'Eliza Dushku, comment tailler un orchidée, ce qu'est un cholestatome et surtout, surtout, où trouver de la musique en streaming (réponse : DTC).
Ha, et pour ceux qui cherchent qui est celui qui "De la tête à l'anneau en passant par le Rif [reste] toujours le même", je dois avouer que je n'en ai pas la moindre idée mais vous devriez bosser au lieu de chercher la réponse à des énigmes à la noix. Ce n'est pas à ça que doivent servir vos heures sup' que le gouvernement est impatient de vous majorer[4]...

Finalement, ce blog me sert d'abord à moi, charité bien ordonnée... Dès le début, j'ai écrit ce journal pour pouvoir le relire, resituer mes préoccupations, mon histoire par rapport à ce que je perçois du reste du monde (moi et le reste du monde, rien que ça !). En prépa, il me semble me souvenir qu'on avait étudié des bouquins dont le thème traitait de la difficulté de se raconter. J'avais été marqué par l'histoire de je ne sais plus qui (je ne retrouve plus) qui dans son carnet de bord avait écrit :

Les Allemands ont déclaré la guerre à la Pologne (la France ?) - Après midi : piscine

Le décalage entre l'histoire personnelle et l'Histoire était frappant. J'aurais pu faire un truc ressemblant il y a peu :

Ingrid Betancourt et d'autres otages ont été enfin libérés, après 9 ans de détentions pour certains. Pendant ce temps là, j'ai testé Mario Kart sur la wii.

Mais j'aurais menti, chronologiquement : J'ai déballé le jeu plusieurs jours après.

Et puis, accessoirement, ça m'a permis de connaître des gens parfois même dans la vraie vie. IRL, comme ils disent. La dernière personne en date que j'ai (enfin !) pu croiser m'a fait extrêmement plaisir en concluant notre rencontre ainsi :
C'était bien : je n'ai même pas eu l'impression que c'était la première fois qu'on se voyait.
Elle a, comme a son habitude, parfaitement mis en mot mon impression.
Tout ça grâce au sLeAbLog... Happy birthday.

Notes

[1] Si. Des fois, si.

[2] Le premier degré de l'orgueil, c'est la curiosité - Bernard de Clairvaux

[3] Suis sûr que certains vont chercher

[4] Dites, les gens, il n'y a que moi que ça choque cette publicité propagande ?

mercredi 16 juillet 2008

Bienvenu à bord

 

Depuis vendredi dernier, nous sommes respectivement tata et tonton. Mes parents, eux, se retrouvent une deuxième fois grand-parents, en l'espace de cinq mois. Maman n'aura jamais autant fait travailler ses petites mains. Le nouveau venu se serait presque fait attendre, mais bon, il a attendu presque la deadline, on ne peut pas lui en vouloir.

C'est curieux de voir la différence entre lui et Mini-Nous. De taille, j'entends. À peine cinq moi plus tard et on a déjà oublié qu'il était aussi petit. Nous sommes même obligés de ressortir les photos d'alors pour s'en rendre compte.
En tout cas, il y a fort à parier que cette différence n'est que toute transitoire et que les deux cousins seront prêts sous peu à faire les quatre cents coups ensemble...

mardi 8 juillet 2008

Search and Replace

 

Tiens pour changer, je vais parler de Leeloolène.
Pas longtemps, hein, juste pour dire que j'ai effacé toute trace de leeloolene.free.fr sur ce blog. Il s'avère que j'en ai parlé souvent. Maintenant, il n'y reste plus une seule référence.

Valà.

Nan, mais j'ai remplacé toutes ces références par http://www.leeloolene.eu. Comme si j'allais rayer la miss de ces lieux...

lundi 7 juillet 2008

télé l'été

 

En zappant ce soir devant notre tube cathodique en rentrant du boulot, je suis tombé sur l'émission où on enferme 16 personnes dans une maison truffée de caméras. Les nanas étaient en train de faire la morale à un mec parce qu'elles trouvaient plutôt déplacée la façon qu'il a de reluquer l'une d'elle. Bon, le fait est que c'est la sienne de nana, mais les autres ne le savent pas (c'est apparemment le principe du jeu : secrets, mensonges et trahisons).
Enfin, ce n'est pas le problème. Le truc, c'est les nanas qui s'offusquent. "On n'est pas de la barbaque !" Ouarf ouarf ouarf... Je me marre. Dès les premières heures, elles se trémoussent devant les caméras, et depuis une semaine maintenant, elles se pavanent en maillot de bain, montrent leur cul et leur décolleté H24, c'est d'ailleurs pour leur intelligence physique qu'elles ont été castées... La chaîne espère bien que les deux tiers des mecs de France viennent baver tous les soirs devant la quotidienne voir comment les nanas ont bougé leur corps la veille au soir et si une jupe un peu courte couplée à des positions de poufs qui ne savent pas se tenir laissent entrevoir un bout de string. Et ce qui les chagrinent, ces tartes, c'est qu'un des mecs dans la maison leur mate un peu le derrière. C'est vraiment n'imp...

Et sinon, à l'instant, bande annonce pour Heroes, saison 2.
Diffusé à 00h10. jaignâl.
Cette semaine, en prime time, comme on dit, "une famille formidable", "Le pari" (1997), "Quelques jours avec moi" (1987), "Love story" (1970), "R.I.S. Police scientifique" (2005)[1], "James Bond 007 contre Dr No" (1967). Je vous fait grâce des secondes parties de soirées... Le magnétoscope à disque dur va tourner à plein régime, cet été encore.

Notes

[1] Plus nullissime, c'est impossible