Le sLeAbLog

mercredi 23 juillet 2008

Panne de rasoir

 

Ce matin, en saluant mes collègues, y en a un sur deux qui me fait une réflexion sur le fait que je ne suis pas rasé depuis presque une semaine.

...

ET ALORS ??!!! Kesssapeuvoufoout' ?!

mercredi 4 juin 2008

pendant ce temps, dans la bergerie...

 

Je ne poste plus ou presque. Il y a bien un truc qui m'inspirait, mais Flaoua, qui poste encore moins que moi en ce moment (encore que, je me demande si la tendance ne s'inverse pas...), hé bien elle m'a doublé...

Quel pays de blaireaux. Non, de moutons, sinon, ça colle pas avec mon titre.

mardi 6 novembre 2007

Magasse

 

Aujourd'hui, ça part mal. Comme de plus en plus souvent, je veux rester chez moi. Un puits gravitationnel est centré sur le lit, mais je finis par m'en extirper. Encore un matin une argile au creux de mes mains d'hypermotivation.
Je tâche d'atteindre ma température de fonctionnement[1] sous l'eau chaude de la douche en grommelant après la radio. Tous les matins la même litanie, de la pub aux infos quasi dans le même ordre. Ce jour : Zorro va traiter en personne avec les mécontents (les pêchous, pour changer) puisque personne dans son équipe n'en est capable, dans un instant, la météo de l'autre grognasse, mais avant, pub : Dingdingding, côtes du Brome ! Hey tu savais que le côtes du Brome était cuit au feu de bois ?... Grmlml... Et ta c0nnr1e ? Elle est cuite à quoi ? Pfff.

Lait, micro-onde, grille pain, damned, c'est déjà la revue de presse, je suis pas en avance.
Bottes, blouson, casque, contact. 9h26 qu'elle dit la moto. Déjà qu'il faudrait la recaler toutes les semaines, cette saloperie de pendule over-clockée, mais si en plus cette misère d'heure d'hiver s'en mêle...
Les phares, embrayage, Cloc !, première et zou, c'est parti. Ça commence bien, au bout de 200 mètres, une pétasse me crame la priorité. Un bon point cependant : mon klaxon fonctionne.
Ha. Le nouveau rond point.
Quelle brillante idée ils ont eu à l'urbanisme. Ramener ce boulevard très passager à une voie, déjà c'est super glorieux, mais alors le rond point sur ralentisseurs, c'est une idée de génie. Vraiment. Quelle grosse bande de branquignols. Vais vraiment finir par rouler en 4x4, puisqu'il veulent absolument nous esquinter le dos sur leurs parcours d'obstacles.

Périph'. C'est les vacances. Il y a deux fois moins de voitures que d'habitude, mais on n'a gardé que les mous du bulbe. Ceci est une voie d'accélération, tas de glands, pas de freinage. Qu'est ce qu'il disait déjà, Jean-Paul, à propos des autres ?
Faufilage, sortie, feu rouge. Bon, on se calme, on est en moto, pas en char d'assaut. Pas trop de carcasse protectrice autour.

Barrière, badge, pointeuse, badge, bureau, badge, café, badge. Salut Machin, tu vas bien ? Tu veux pas répondre ? Va mourir, t'façon, on s'en fout.
Ordi, mail, Feedreader. Un message débile. Que disent les blogs ? Raaah, quasiment rien. Et comment je meuble ma journée, moi ?
Enfin, si. Chiboum, évidemment, a posté depuis facile 30 minutes, signe que je suis vraiment grave à la bourre...

Et qu'est ce qu'il a à ronchonner si fort, là, le big boss ?! Est ce que je ronchonne à haute voix, moi ? Ilaka ronchonner dans son blog lui, sans blague. Si c'est comme moi, ça mettra un peu de matière en ligne, ça changera de d'habitude.

...

Ha ben, ça fait du bien. Bonne journée, hein, vouz aut'.

Notes

[1] Oui, je suis serpent, dans l'astrotruc chinois. Une bestiole à sang froid qui ne vit qui si elle a chaud

lundi 17 septembre 2007

wet wet wet

 

Qui c'est qui va se faire rincer sa tronche en rentrant du boulot, en se maudissant de n'avoir pas remonté le top case avec l'équipement pluie dedans ? Hmm ? Tout ça parce que un top case, c'est moche et qu'un équipement pluie, ça sert à rien quand il fait beau... Nan, mais moi, 3 jours de vague chaleur et de ciel lumineux et c'est bon, j'y crois : c'est enfin l'été.
Hé ben, non :

(image grâce à Meteox.com)

lundi 9 juillet 2007

ya pu d'saison ma bonne dame

 

En ce moment au taf, avec mes collègues nous sommes temporairement délocalisés dans des bungalows. On craignait de souffrir de la chaleur cet été. En fait d'été, on grelote le matin, dans nos espèces de mobil-homes professionnels. D'ailleurs, mon collègue a fini par craquer. Il a allumé le chauffage il y a une demie-heure.
Dire que les journées raccourcissent...

lundi 7 mai 2007

P|_|t@in, 5 ans...

 

Amis bronzés, affutés vos papiers et vos arbres généalogiques.
On s'est bien foutus des amerloques et leur président mais après avoir élu le nabot, y a pas de quoi pavoiser loin de là. Le retard est en bonne partie comblée. Le plus consternant, c'est qu'il a même pas magouillé pour accèder à ce poste, il a été ELU. C'est à pleurer. Pas évident de se sentir français...

lundi 26 mars 2007

La France du nabot

 

Les beaux jours arrivent : on peut à nouveau expulser les locataires. Un "vent printanier" souffle sur la France... Il y a des jours où je me dis que la France n'en finit pas de filer un mauvais coton. Comme par exemple quand la police dans un grand élan de bravoure et de courage va faire la sortie des écoles pour arrêter des gens en situation irrégulière. Des gens sans papiers qui font l'effort d'envoyer leur gamin à l'école.

Sauf que pour une fois, apparemment, les badauds ne se sont pas cantonnés à regarder passivement au déballage d'abus d'autorité. Dépassée, la maréchaussée a donné dans le grand spectacle. Les chiens, gaz lacrymo, matraques... Méthodes très classe, surtout devant les gamins sortant des écoles.
La police n'a t'elle pas d'autres "nuisibles" à pourchasser que des gens ramant pour s'intégrer ? Trop dangereux, trop compliqué ? C'est consternant...

Les vidéos sont éloquentes, chez akynou (via Chiboum) et également chez Swâmi.

A quand le remake du Vel' d'hiv ?

Pour continuer sur le petit mégalomane, à lire chez Antoine, un communiqué très instructif de la part de journalistes de France3.

Votez pour la nabot, et sans doute que conformément aux plans d'origine, le ministère de la communication prendra sa place tout en haut de la maison de la radio...

lundi 23 janvier 2006

Pendaison téléphonique

 

Y a des trucs à pas faire à ma chérie. Déjà, la faire tourner en rond pendant 4 mois, ça ne la met pas dans de bonnes dispositions. Si en plus ce qu'elle vous demande, c'est votre job de le faire, que vous le faites mal et que vous répondez à côté quand elle vous pose des questions ou vous demande de règler son problème, ça commence à bien mal s'engager.

Si vous lui dîtes "Je vous rappelle avant midi", faites le. J'ai beaucoup oeuvré pour qu'elle soit plus diplomate, elle a fait des progrès colossaux, mais le potentiel est toujours là, hein, vous leurrez pas. Ne jouez au con avec elle que si vous avez de solides bases. Moi même, qui suis déjà un sérieux concurent, ne gagne à ce jeu face à elle qu'au prix d'une lutte sans merci et grace à mes capacités dont la nature m'a doté en quantité supérieure...

De plus, si :

  1. votre rapport avec elle est téléphonique
  2. vous ne disposez que d'UNE ligne de téléphone (l'administration n'est pas riche tout de même)
  3. elle connait votre nom
  4. vous n'avez pas de standard pour filtrer

alors il y a un truc à ne surtout pas faire. A plus forte raison si vous n'avez pas suivi les conseils contenu dans les premiers paragraphes de ce billet. Vraiment, la dernière des choses à faire (en plus de lui parler sur un ton hautain) c'est :
LUI RACCROCHER AU NEZ.

Vous l'avez fait ? Ha.

Votre après midi se présente mal. Très mal. Elle ne va pas arrêter de téléphoner. Pis elle va vous raccrocher au nez aussi. Pour vous faire voir. Pendant une heure s'il le faut. Ha et pis mieux vaut pas lui faire remarquer qu'elle a que ça à faire, parce qu'effectivement, pour le moment elle n'a que ça à faire et ça commence à lui courrir sur le harricot de chômer. Non, mieux vaut oublier cet argument. Sans compter que comme il n'y a qu'une ligne, elle va la monopoliser. Vous ne pourrez rien faire d'autre.

Pour seul salut, votre responsable hiérarchique qui compensera vos lacunes professionelles par son doctorat en diplomatie et son bac+12 de négociateur[1]. Pour cette année, il trouvera une solution boiteuse, mais difficile de faire mieux sachant d'une part qu'on parle d'administration fiscale (donc plutôt prédisposée à être compliqué et hors de toute logique) et d'autre part que c'est vous qui n'avez pas travaillé sur ce dossier. En guise d'excuse, votre patron s'engagera personnellement à ce que l'année prochaine le dossier ne sera pas traité en dépit du bon sens et que les services proposés par le tr€$or pub£ic en soient vraiment (des services) et pas simplement du brassage d'air façon essais en soufflerie. Par exemple que la mensualisation de notre impôt soit déduit de ce que nous devrons payer en fin d'année au lieu de nous faire (re)payer la totalité de l'impôt puis de nous rembourser en février suivant (inch allah) ce que nous avions avancé en mensualités.

Oui, en gros, on paye 2 fois l'impôt : 1 fois en mensualités et une autre fois tout d'un coup. Et pis 3 mois plus tard vous nous redonnez notre argent qui vous a servi à rien. A part nous agacer sérieusement. Enfin surtout ma chérie.

Franchement, je déteste quand ma chérie est désagréable avec les gens, mais là, ça m'a fait plaisir. Si je bossais aussi mal que cette truffe incompétente, cela ferait longtemps que j'aurais été lourdé... Je veux bien croire que bosser à l'administration c'est pas évident, que pas de moyens, gnagnignagna, mais enfin on ne me fera pas gober qu'avec les infos et les outils qu'on leur donne, les choses devraient être un rien plus carrées. Et pourtant "Des cas comme le votre, ça arrive tous les jours..."(sic). Non seulement ce sont des brêles (recrutées sur concours, tenez vous bien), mais en plus ils nous l'avouent...

Notes

[1] Grosse qualification requise pour avoir des responsabilités dans l'administration fiscale

jeudi 5 janvier 2006

3 jours trop tard

 

XIII, sale con.

Mais tu as eu ta punition, te fader tout ce trajet comme un gland dans ces conditions, gniark gniark... :-D

lundi 10 octobre 2005

First hate comment

 

j'ai trouvé hier un commentaire sur un post datant quasi de Mathusalem, écrit en majuscule, sans doute pour en souligner la portée :

VOTRESITE EST A CHIER

D'abord un poil décontenancé, puis pensant à un gros gag, j'ai dû me résoudre au fait que, non, il y avait bien un trou d'balle pour venir chez moi me dire en des termes vulgaires qu'il n'aimait pas la déco. Pas moins. Dans la vraie vie, ça s'apparente à ça. Ou croiser un inconnu qui te dit Votre coiffure est à chier ou Ce que vous dites est à chier. C'est le genre de truc où je répondrais assez finement Ca tombe bien, j'en ai rien à branler de ta gueule, hè ducon. C'est dire si je suis fin, dans ces cas là, mais il faut bien reconnaître que ça n'arrive jamais (pas que je sois pas fin, mais qu'un type vienne me casser les lucioles aussi directement). De telles affirmations ne sont tenues qu'à l'abri d'une liaison internet, voire téléphonique. Bref, hors de portée physique.

Tout ça pour dire que j'ai trouvé quelqu'un qui n'aime pas mon blog, mais que je ne sais pas pourquoi. Ni s'il me vouvoie ou s'il s'adresse aussi à Nady, ce qui est assez emmerdant dans le cas où il ne s'adresse qu'à moi, parceque ça ne m'est pas naturel d'insulter quelqu'un à la seconde personne du pluriel... Pis en plus, en fait, et à mon grand étonnement, ça ne me fait ni chaud ni froid.

Bon allez... Qui c'est qui m'a fait ce gag, hein ?