Le sLeAbLog

mardi 10 février 2009

Il y a 1 an

 

On est le 10 février 2008. Il est 10h13. Quelques poussées,un petit cri, une petite chose qu'on me tend. Une petite chose qui va prendre une grande part dans notre vie à deux.
Dodo, tétée, câlins, bain, dodo... tétée, câlins, dodo, bain...ainsi est jalonnée la vie d'un petit bébé les premiers mois. Puis arrivent les premiers sourires, les premiers chagrins, les premiers rires...Premiers bisous, premières dents, premiers mots, première nuit, premières vacances...tout est histoire de premières fois et la liste est longue ! Des premières fois qu'on pense ne jamais oublier mais qui malgré nous s'estompent avec le temps. On se souvient juste à quel point c'est merveilleux d'observer ces petits changements. A quel point on aime voir toutes ces évolutions.

Tu es un joli bébé, bien dynamique, bien sage... bon pas toujours c'est vrai, il t'arrive de faire quelques bêtises, comme de vider les placards, balancer tout ce qu'il y a sur la table basse, vouloir à tout prix taper sur l'ordinateur (futur informaticien ?) ou nous piquer les télécommandes (déjà téléaddict)...Inonder le carrelage de la salle de bain et maman au passage... Il t'arrives d'être grognon aussi, surtout quand tu fais ces satanés dents ou lorsque tu es très fatigué.
Lorsqu'on te chatouille, ça te fais bien rire, tu te tortilles dans tous les sens. Tu souris tout le temps, à tout le monde. Tu adores quand tu croises d'autres enfants, tu leur fais des drôles de geste comme une invite. Tu aimes les chiens (même pas peur !) et les animaux en général, ça t'intrigue. Tu adores écouter de la musique mais surtout danser, c'est tellement drôle de te voir te déhancher ! Bébé coquin, bébé câlin, il suffit de te quémander un bisou et hop le voilà. Bien baveux, un peu bizarre mais bisou quand même.
Tu t'es pris quelques gamelles, mais plus de peur que de mal. Angine, Bronchite, otite, rhumes, tu connais.

"Atten", "tata" "papa" tu les répètes, mais maman tu as du mal, quelle ingratitude !
On te dit bravo, tu applaudis, au revoir de la main tu sais faire.

Et oui, une année entière passée avec toi. Une année de bonheur, de partage, d'amour, de câlins, de pleurs aussi parfois...Il y a un an tu faisais de nous des parents. Bon anniversaire mon cœur ! On t'aime très fort.

vendredi 13 juin 2008

Devenir maman

 

Bon voilà… ça fait un bail que je n’ai pas posté ici…Je ne vais pas trouver de vieilles excuses à deux balles qui de toutes façons n’intéressent personne.
Souvent l’envie me prend d’écrire parce qu’en vrai j’aurai tellement de choses à dire si j’en prenais la peine…mais voilà la flemme me prend…et souvent je me dis aussi que ça ne va intéresser personne de raconter ma life comme on dit.

Je suis maman depuis 4 mois maintenant et en dépit de tout ce que j’ai pu imaginer, j'étais loin d'imaginer un tel chamboulement. La première fois qu’on a posé mon fils sur moi à la maternité, j’ai ressenti quelque chose d’unique au monde, quelque chose d’indescriptible qui n’a pas besoin de mots pour être dit… Aujourd’hui encore quand je repense à ce moment, ça me fait un drôle de serrement au cœur, une envie de retourner en arrière pour revivre à nouveau cet instant magique.
Regarder ce petit être qui découvre un tout autre univers, qui s’accroche déjà à vous comme à une bouée de sauvetage, c'est juste … Y a pas de mots...on ressent une immense vague d’amour qui relègue au second plan tout le reste.

J’ai eu un temps d’adaptation où il m’a fallu réaliser que désormais j’étais maman. Mais ce qu’il y a de bien avec l’instinct maternel, c’est qu’on ressent les choses de façon viscérale : on trouve les bons gestes : ceux qui soignent, ceux qui câlinent, ceux qui calment…ceux qui aiment…

Aujourd’hui je me sens fière dans mon rôle de femme et maman. Des émotions jamais connues auparavant m’envahissent quand mon fils me regarde et me sourit. …Il y a eu les premiers pleurs, les premiers sourires, les premiers câlins…les premiers rires… Un tas de premières fois qu’on n’oublie pas… Et puis y aura tant d’autres premières fois… encore…

C’est bête, mais ça j’avais envie de l’écrire…

dimanche 3 février 2008

Les maux de la fin

 

On dit que les femmes enceintes sont le plus souvent radieuses…et jusqu’à présent on m’a plutôt dit que la grossesse m’allait bien…
Seulement depuis quelques temps j’ai vraiment du mal à le croire quand je regarde mes cernes dans une glace. Je suis plutôt du genre prosaïque, terre à terre mais sincèrement les femmes qui disent que c’est génial d’être enceinte, je n’arrive pas à les croire à 100%...
Au début j’ai été embêtée avec des nausées et vomissements assez désagréables. Ensuite, j’ai eu pas mal de contractions et pour ne pas que j’accouche prématurément j’ai été mise au repos forcé. Adieu le shopping pendant les soldes, les longues ballades ou les départs en WE.
Je pensais que le pire était passé. Erreur ! Le pire c’est la fin.
En effet, depuis quelques jours je fais des insomnies. Avant déjà, il fallait que je me lève au moins toutes les deux heures, mais entre chaque j’arrivais quand même à me rendormir et surtout je récupérais assez bien en dormant le matin.
Mais hélas, ce temps là est révolu, car maintenant non seulement je n’arrive pas à m’endormir la nuit mais le matin non plus. Et alors les siestes qui pourraient me sauver et que tout le monde me conseille de faire ???…déjà à la base ça n’a jamais été mon truc, enceinte non plus, et malgré un cumul de fatigue et un manque de sommeil qui commence à devenir permanent, je n’arrive pas à en faire UNE seule dans la journée…
J’ai un peu peur de ne plus avoir d’énergie quand le moment de l’accouchement viendra. Comment peut tenir un corps qui a un manque cruel de sommeil

Bon bon, j’arrête de me plaindre…mais franchement c’est quand la fin ?

mercredi 23 janvier 2008

Bidou

 

J'ai cru voir qu'Anne voulait voir où en était mon bidou...
Ben disons qu'il est devenu gros...si gros que je me demande comment il va redevenir à peu près normal quand bébé sera né. Je me console en me disant qu'il y a quand même dedans un bébé qui doit pas faire loin de 3kg ...

Bref, voilà une photo qui illustrera bien mieux que des mots...

A propos de mots…

 

J’avoue que mon langage au quotidien laisse parfois à désirer…le mot put*** par exemple revient régulièrement quand quelque chose me contrarie, fait ch*** aussi.
Et d’autres, mais ces deux là reviennent vraiment trop régulièrement. Je ne m’étais pas rendu compte à quel point ils faisaient partie intégrante des mes émotions et réactions diverses.

Alors depuis que je sais que nous allons être parents, j’essaie de me maîtriser et de ne pas dire ces mots trop souvent. Je ne voudrais vraiment pas que le premier mot de notre môme ce soit : "tain !" Et que les gens me demandent : qu’est-ce qu’il dit ? ?? euh rien…vous savez le langage bébé, on comprend pas tout…

J’ignorais qu’il serait si difficile de s’en passer ! C’est devenu tellement réflexe qu’avant même d'avoir eu le temps de réfléchir c’est déjà sorti. Donc si vous avez des conseils, des mots pour remplacer facilement, je suis preneuse…

Suis pas le seule future mère à dire des gros mots quand même ???

jeudi 6 décembre 2007

Déménagement et cie

 

Bébé est prévu pour fin février, seulement sans l’avoir fait exprès, notre maison en construction devrait être livrée dans ces eaux là… J’avoue que plus l’échéance approche et plus je m’inquiète. Comment gérer une naissance et un déménagement ? Je sais bien que pour le jour du déménagement en question, nous ne manquerons pas de bras pour nous aider…Seulement je m’inquiète pour après…et avant…

Car avant, il faut faire les cartons. Or comment fait-on des cartons enceinte de 8 mois passés ?? Je sais bien que mon ti mari est là qu’il pourra m’aider, mais bon c’est quand même pas évident et puis il travaillera lui. Et puis après il faudra déballer et puis surtout y aura d’autres choses à faire dans la maison. Par exemple, les peintures, les carrelages dans les chambres, les faïences dans les salles de bains…Installer les salles de bain, la cuisine…Or j’imagine bien qu’au début un nouveau né a tendance à fatiguer son entourage, tant le papa que la maman…alors si on ajoute à cela des travaux…

En plus ça m’embête de ne pas pouvoir préparer la chambre de bébé avant son arrivée. Or là, monter armoire, lit, commode pour tout redéfaire, ça ne vaut pas le coup… Pourtant, mine de rien, il faut en stocker des choses pour bébé ! Où vais-je bien pouvoir mettre tout ça ? Bref pas simple !! Je pense qu'on est pas sorti de l'auberge !!!!!

vendredi 30 novembre 2007

Le rôle de parents

 

Quel genre de parents serons nous ?? C’est la question qu’à mon avis se posent tous les futurs parents. Nous, on se la pose bien. Je sais en tous cas que nous ne serons pas des parents laxistes, et je trouve qu’il y en a de plus en plus. Par exemple ceux qui laissent leurs mômes se coucher à n’importe quelle heure alors qu’ils ont tout juste 3 ou 4 ans voire moins. Ceux qui disent « Oh c’est mimi, il vient de te mettre une claque ». Ceux qui laissent leurs mômes se servir des gâteaux apéros à volonté, sous prétexte qu’ils réclament et pour ne pas qu’ils pleurent. Ceux qui les laisse regarder la télé à volonté. Et un jour vous vous rendez compte que le môme a grandit. C'est un ado qui maintenant vous regarde de haut, et qui vous répond de manière très...méprisante.

Je ne juge pas. Ceux qui le font, après tout c’est leurs mômes, qu’ils les assument. On peut certes me répliquer que tant que je n’ai pas eu d’enfants, je ne peux pas savoir. Mais quand même. Je sais ce que c’est une éducation stricte. J’en ai eu une moi. J’ai été pendant 10 ans, fille unique. Ce n’est pas pour autant que ma mère me laissait faire tout et n’importe quoi. J’avais des points de repères, des limites à ne pas dépasser. Je ne pouvais regarder la télé qu’à certaines heures et pas pendant des heures. Mon vrai loisir c'était la lecture : les contes de Grimm; Perrault, Anderson, le Club des cinq, les Alice, Le clan des sept…je suis devenue fan sans doute parce que je regardais moins la télé.

Mes parents surveillaient mes devoirs, mes notes à l’école. Quand j’étais puni à l’école, c’est que je l’avais mérité, et c’était rare de ne pas me farcir une 2ème punition. Pour ne pas que je recommence, que je comprenne bien mes bêtises. Beaucoup de parents d’élèves que j’ai dans mon collège réagissent différemment. Il y en a qui reprochent aux professeurs d’avoir abusé. « Non, mais vous comprenez, mon fils n’est pas comme ça. C’est un gentil garçon ! vous n’auriez pas du le punir. » Même si on le pense, je crois sincèrement qu’il ne faut pas le dire devant son môme. Il se croit tout permis après, certain du soutien de ses parents.

Je ne dis pas qu’il faut être trop sévère. Il faut savoir mettre des limites, apprendre le respect des autres, de ses parents. Car quand je vois certains élèves qui n’ont pas encore 15 ans (fille ou garçon d’ailleurs) répondre à leurs parents, de manière tellement dédaigneuse, ça fait peur. Je ne voudrais pas que ma fille ou mon fils le fasse. Or pour ça il doit y avoir une éducation dès le début. Pas laxiste. Pas trop dure non plus. Il faut réussir à trouver le juste milieu. Les techniques à la Françoise Dolto, non merci.

Fort heureusement, je pense que nous avons les mêmes idées avec chéri. Il a eu une éducation un peu comme la mienne. C’est à dire très suivie. Après il faut bien avoir conscience qu’il ne faut pas exagérer, car c’est là où ça risque de déraper avec l’enfant. Il ne faut pas qu’il ait l’impression de n’avoir que le mauvais côté des parents. Car de l’affection et de l’amour ça aide à grandir, à se sentir sûr de soi dans la vie, à ne pas se dénigrer. L’amour de nos parents nous aide à nous aimer nous.

mercredi 21 novembre 2007

Les amis

 


La chose que je remarque à maintenant 31 ans (oui oui je sais je ne les fais pas ….) c’est la difficulté de se faire des amis. De vrais amis. Ceux sur lesquels on peut compter à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Ceux que tu peux appeler quand tu es malheureux, et qui accourent pour te soutenir, te consoler de ton chagrin. Dans n’importe quelle situation.
J’ai eu des amis comme ça. Enfin des amiEs surtout. Mais malheureusement, même les liens les plus forts s’effilochent au fil du temps. J’ai donc eu des meilleures amies. Entrées à l’école primaire ensemble, puis au collège, puis au lycée. On nous appelait les 4 inséparables ou les 3 mousquetaires.
On a toujours été ensemble, dans les moments heureux, dans les moments difficiles de notre adolescence, pourtant si insouciante, dans nos délires, nos jeux, nos bêtises. On se disait tout, partageait tout. On passait notre temps ensemble et pourtant on ne se lassait pas. On a grandit, on s'est regardé évoluer mais il y avait toujours cette harmonie entre nous. La seule chose qu’on ne partageait pas à la rigueur c’était les petits copains. Jamais ça ne serait venu à l’idée de l’une ou l’autre d’avoir des vues sur le garçon que l’une de nous « kiffait ». On était toujours à trouver des plans, parfois drôles, parfois méchants, pour faire payer la trahison du petit copain. Car bien entendu ça ne pouvait pas être la faute de l’une de nous. On se soutenait envers et contre tout, tous ! Hélas, cela s’est terminé.
Pas par dispute, pas parce qu’on ne pensait plus pareil. Mais un jour, nos chemins se sont séparés. L’une a déménagé, moi je suis partie. On s’est revu de temps en temps au début. Dès que nous étions ensemble, nous retrouvions cette harmonie. Comme si on s’était quitté la veille.
Mais je ne sais pas pourquoi, nos chemins se sont définitivement séparés. Ca vient en douceur. On ne s’en rend pas compte tout de suite parce qu’on trouve de nouveaux copains, de nouvelles occupations, parce qu’on grandit et que l’insouciance de nos années lycée a fichu le camp.

Je me suis faite une nouvelle meilleure amie quand j’ai déménagé lors de mon année de terminale. Tout de suite, je savais qu’on se comprenait, sans même avoir besoin des se parler. J’étais contente de retrouver cette harmonie avec quelqu’un. Contente de partager des délires, les chagrins causés par les petits copains, les coups de fil qui duraient 3 heures alors qu’on venait de se quitter. Sortir en boite, faire des plans ensemble pour draguer « THE garçon » sur lequel on a flashé. Aller faire les boutiques pour trouver la tenue qui le fera tomber en pâmoison. Bref, partager tout ou presque. Et j’ai encore déménagé. Et, toujours sans savoir pourquoi, nos chemins ont divergé. La distance n’a pas amélioré les choses. Aujourd’hui, je la vois parfois cette amie. Mais y a comme une cassure, ce n’est plus comme avant et parfois j’ai des regrets. Je regrette cette belle amitié qui nous unissait, les regards échangés et compris sans avoir besoin de dire quoi que ce soit. Je regrette nos fous rires incontrôlables, nos délires, nos razzias dans les boutiques. Je regrette nos moments de complicité silencieuse. Mais je suppose que c’est la vie. En grandissant, on prend des chemins différents. Est-ce que c’est pour ça qu’on est plus sur la même longueur d’ondes ? Ou bien parce qu’une vie de couple s’établit et que c’est notre partenaire notre nouveau meilleur ami ?

En tous cas, la seule personne que je considère aujourd’hui comme ma meilleure amie (trop loin elle aussi), avec laquelle je reste sur la même longueur d’ondes, je l’ai connu à la fac. Soit quand j’avais 20 ans passés. Donc cela remonte déjà à loin.
Les amis que nous avons en commun avec chéri, ça date de nos études aussi. Ils sont tous éparpillés aux quatre coins de la France. Moins facile donc de se voir. Les nouveaux qu’on se fait maintenant, se sont davantage des copains. Ceux avec lesquels on sort, qu’on invite à dîner, parfois en WE. Mais c’est pas pareil, je trouve.

lundi 12 novembre 2007

Encore bébé

 

Ben voui, on parle que de ça en ce moment...pas encore là et il prend déjà tellement de place dans notre vie...

Les achats bébé.

Qui a dit que le commerce du bébé ne marchait pas bien ?? Ha personne, pardon ! Je savais que ces petits choses coûtaient cher à équiper mais je pensais pas autant…Nous avons fait notre 1er gros investissement…une poussette ! Enfin tout un ensemble combiné : nacelle + cosy + poussette à… cher. Je pourrais presque m’acheter le super écran plat que je reluque depuis quelque temps… Enfin, ça va attendre un peu.
Pis y a les fringues de bébé, c’est fou le nombre de vêtements qu’il lui faut, une vrai star !! Il va en avoir bien plus que moi, dis donc ! J’aurais pas cru. Ne parlons pas de la chambre… Une fortune, si on veut quelque chose de joli… D'ailleurs celle qu'on reluque en ce moment, ben elle n'est pas donnée, si bien qu'on hésite... hésite... Bref, je savais pas qu’il fallait être riche pour avoir un bébé…
Non bon, je plaisante, je suis une future maman très heureuse et comblée. J’adore acheter ces petites choses, même que tu te demandes quelle poupée va bien pouvoir rentrer dedans… Mais quand même ça coûte cher à équiper un bébé...

Les prénoms

Souvent, il existe un désaccord au sujet de comment appeler la petite chose qui va bientôt rejoindre notre vie. Au début, on était tous les deux d’accord pour un prénom de fille, bien avant qu’on décide d’avoir un bébé. Malheureusement, au fil des années, ce prénom est devenu très mode et bon, à l’école, être dans une classe ou 3 autres filles s’appellent comme toi, c’est pas top, je trouve !!! Pis c’est pas facile pour répondre : « Hein ? Tu me parle à moi ? Je croyais que c’était l’autre ».
Bref, pas facile. On a laissé tomber. Du coup, faut en chercher un autre. Deux autres même, car pour ce qui est du prénom garçon, on n’est pas prêt d’être d’accord. Une guérilla se prépare, mais bon, on a le temps après tout ! Bien que certains parents n’arrivent à se mettre d’accord que le jour J, alors que la maman est bien trop kaputt pour se battre encore. Mais j’ai décidé que je ne me ferais pas avoir, moi. On a commencé à chercher des prénoms au 3ème mois. Et puis un jour sur la route des vacances, pour tuer le temps on cherche des idées ! Et là, paf, miracle : Chéri propose un prénom de garçon, et j’aime bien. Wahou ! On a trouvé un prénom joli qui nous plaît à tous les deux ! On arrive même à deux prénoms : un pour une fille et un pour un garçon. Vendu !
Mais c’est top secret… Hihihi ! Vous saurez pas… Vivi, on aime bien les secrets, nous !
Cela dit, même une fois choisi, c'est pas facile. Est-ce que ça va lui plaire ? Est-ce que les gens auront du mal à l'écrire ? Est-ce que ça fait pas trop long par rapport au nom ? Parce qu'il a beau nous plaire à nous, les goûts et les couleurs hein... Mais d'un autre côté, faut bien choisir, un jour. Et même en admettant qu'on demande l'avis d'autres personnes, s'ils ne nous confortent pas dans notre choix, faudra faire quoi ??? Trouver un autre prénom, sous prétexte que celui-là ils ne le trouve pas terrible ?? Autre prénom qui une fois choisi, ne plaira pas forcément, d'ailleurs... Conclusion, on se met d'accord à deux et puis voilà... Tant pis pour ceux à qui ça ne plaira pas...

Les hormones

Depuis que je suis enceinte j’entends parler de ces petites bestioles régulièrement. Vous avez des nausées ? Ha mais c’est à cause des hormones, vous êtes fatiguée ? Ha mais vous savez les hormones… Vous êtes triste, en colère, ha les hormones... Les hormones, c’est fou ce qu’elles nous font faire !!!
Définition d’une hormone : Substance d'origine glandulaire, transportée dans le sang jusqu'à un organe sur le fonctionnement duquel elle exerce une action biologique spécifique.

Quand on fait des recherches sur les hormones, on en trouve de fort nombreuses : hormone de la virilité, hormone de la mémoire, hormone du sommeil… D’accord mais pourquoi en cours de grossesse, on entend parler davantage d’elles ??? C’est à cause de la fameuse hormone Beta-HCG, celle qui permet de détecter la grossesse.
Bon d’accord, mais ça ne me dit pas pourquoi elle influe sur notre caractère pendant la grossesse. Peut être parce qu’elle est plus élevée ? En tous cas, je ne sais pas si les hormones y sont pour quelque chose, mais les petits maux de la grossesse existent vraiment, ce n’est pas un caprice de femme enceinte. C’est surtout cette fatigue qui ne s’en va jamais qui me gène le plus. Maintenant que les nausées sont parties, je peux dire que ça va mieux, mais tout de même faire les boutiques pendant 3h ça me fatigue vachement plus qu’avant… Je pourrais dormir 12h heures d’affilés que ça ne me gênerait pas du tout. Une vraie fainéante je vous dis. Mais j’assume, hein chéri ?

mercredi 4 octobre 2006

L'âge de raison

 

La semaine dernière je fêtais mes .... 30 ans 8-o
Ouais ouais, je suis vieille je sais, mais il paraît que 30 ans c'est le bel âge...Il paraît hein, parce que j'ai pas encore eu le temps de vérifier! Faudra qu'on se donne rendez-vous dans 10 ans et promis je vous dirais comment c'était :-. Enfin bref, j'ai fêté mes 30 ans. Divers sentiments contradictoires sont venus étayer cette fatale journée. D'abord, au réveil, je me suis dis chouette c'est mon annif. Et puis après réflexion : mais au fait !!! ca y est je suis vieille, $-0 $-0 c'est l'heure du bilan. Durant le cours de la journée, je me suis donc mise à penser à "quand jétais jeune" et les promesses que je m'étais faites :

  • A 30 ans, j'aurais une 206 rouge décapotable
  • Un bébé
  • Une maison
  • Un chien
  • Peut être un amoureux
  • Un travail
  • Pleins d'amis avec qui je ferais la foire le WE
  • Une big méga géante fête

Alors aujourd'hui qu'en est-il de ces promesses ?

  • Bon la 206 rouge décapotable, c'est un peu démodé maintenant. La 307 SW rouge, c'est quand même mieux 8-)
  • Le chien : Ok c'est bon
  • Pleins d'amis pour faire la foire : pas de problème
  • Le travail... hum, hum... c'est pas encore ça. Mais c'est toujours mieux que rien ! :-.
  • Une maison... ben après tout je vis dans une maison, c'est pas mal quand même !
  • Pour l'amoureux, c'est bien pire que ce que j'avais présumé : Un MARI !
  • Le bébé...j'ai 30 ans pendant encore un an, non ?
  • et la méga fête ben j'espère bien qu'elle aura lieu. Bientôt... XIII, pleure pas, tu seras invité ;-)

Quand on est jeune on a des rêves, des idées bien arrêtées, mais en grandissant les choses évoluent, les gens évoluent, nous évoluons... Les choses dont on rêvait à 15 ans, se sont transformées. Et c'est tant mieux...

Finalement le cap des 30 ans que j'appréhendais, je l'avoue, ne s'est pas trop mal passé. Après tout, c'est l'occasion de faire la fête avec la famille et les amis, d'avoirs pleins de Kdos 8-o ... c'est juste une année de plus...