Le sLeAbLog

lundi 29 septembre 2008

Scie n'aimat

 

J'ai lu chez Sugar un questionnaire cinéma que je me suis dit tiens, si elle m'a tagué, ça me plairait pas mal de le faire pour une fois. Et en fait elle tague personne. Bon. Hé ben je vais le faire quand même, hein... (avec un titre de billet qui ne vaut pas l'original...)

Au départ, j'avais plein de films en tête, je me suis dit trop facile. Je te vais me recaser Le seigneur du silence des agneaux et consorts... Ben walou. Il y a même une réponse que j'ai fait identique à Sugar, très original.

Alors, si j'étais :
Un film : Forrest Gump. Pour sa musique, pour le temps qui passe, pour l'amour inconditionnel de Forrest pour Jenny. D'ailleurs, assez souvent, quand je quitte la maison, je dit à Nady : "Bye bye, Jenny".

Un réalisateur : Matthieu Kassovitz. Juste pour La Haine.

Une histoire d'amour : Love Actually. Des histoires d'amour, on devrait dire. Mon côté midinette ?

Un sourire : Celui de Nino Quicampoix quand il se retourne la première fois vers Amélie en disant Si, c'est vous là... en montrant la photo qu'elle lui a adressé...

Un regard : Celui de Chloé pour le batteur joué par Romain Duris (L'acteur est génial mais je déteste son personnage dans ce film) dans Chacun cherche son chat.

Un acteur : Matthieu Kassovitz, dans Amélie Poulain. J'aime à croire que je lui ressemble. Un peu, au moins.

Une actrice : Kelly Reilly que je n'ai jamais vu que dans les films de Klappish (et dont je suis secrètement amoureux).

Un début : Le début de Parle avec elle avec le mouvement de hanches des danseuses m'avait fasciné. À moins que ce ne soit la fin...

Une fin : Au revoir les enfants de Louis Malle qui ce termine sur ces mots qui veulent cacher une terrible fin.

Un générique : Attrape moi si tu peux. La prouesse : raconter toute l'histoire dans le générique...

Une scène clé : Alain Chabbat qui envoie chier la grognasse qui conseille à son fils de pleure parce que ça fait du bien dans Papa(Dans mon top cinq de mes films préférés à moi).

Une révélation : Eternal Sunshine of the Spotless Mind. Kate Winslet et Jim Carey presque à contre emploi. Un film avec des plans séquences très techniques et des décors très compliqués (trucages de perspective)...

Un gag : Kennedy et moi : Lors d'une cérémonie funèbre sur un bateau, la famille jette des gerbes dans l'océan. Bacri se jette à l'eau pour les ramener en disant un truc du genre :Vous avez laissé tombé ça à la mer...

Un fou rire : Dans Les poupées Russes, quand Xavier ment éhontément et qu'il se multiplie en arrière plan en train de jouer du pipeau. Enorme.

Une mort : Celle de Malcolm Crowe.

Une rencontre d'acteur : Isabelle Carré et Benoit Poelvoorde dans Entre ses mains.

Un baiser : celui que Michel (Laurent Lucas) donne à Prune (Sophie Guillemin, dont je suis aussi secrètement amoureux), dans une salle de bain rose bonbon...

Une scène d'amour : dans Trois couleurs : Bleu avec Juliette Binoche, vers la fin du film.

Un plan séquence : Probablement l'un de ceux qui truffent La Haine.

Un plan tout court : Celui où Truman percute l'horizon avec son voilier. Le film est super bien porté par la musique, d'ailleurs.

Un choc plastique en couleurs : Le Grand Bleu à l'époque, avec notamment le plan d'ouverture.

Un choc plastique en N&B : Ben, La Haine.

Un choc tout court : Irréversible. C'est insupportable à voir. Les mouvements de caméra et la bande son lancinante, sans parler de la violence des scènes. Pour autant ce film est entièrement au service du message que le réalisateur à voulu faire passer et en ce sens c'est une réussite. Reste que l'histoire en elle même, quand on y pense, est quand même bourrée de clichés.

Un artiste surestimé : Nicolas Cage, tiens. Il est capable de jouer dans des trucs bien et dans les pires daubes.

Un traumatisme : E.T. Je suis toujours mal à l'aise devant ce film, notamment quand les scientifiques prennent la maison d'assaut.

Un gâchis : Les ailes de l'enfer. Je pouvais pas mettre Armageddon, Sugar l'a fait avant moi.

Une découverte récente : José Garcia dans Rires et Châtiment. Je ne pensais pas apprécier un jour un film avec cet acteur.

Une bande son : Celle d'attrape moi si tu peux de John Williams, je crois. (Mais si ! C'est lui qui a écrit la Marche Impériale !)

Un somnifère : Eyes Wide Shut. Voilà un film qui m'a vraiment saoulé. Alors, Tom Cruise, déjà j'ai du mal, mais en plus la voix d'Yvan Attal en VF, ça ne lui va pas du tout.

Un monstre : Chewbacca.

Un torrent de larmes : L'enterrement de Gareth où Matthew récite le Funeral Blues dans Quatre mariages et un enterrement. Enfin, un torrent de larmes, faut pas abuser non plus, hein. Chuis un mec.

Un frisson : La rencontre de Forrest Gump et de John Lennon. Mais ce n'est pas un frisson qui fait peur...

Un artiste sous-estimé : Zinédine Soualem. Alors en vrai, vue la filmographie longue comme le bras qu'il présente, on ne peut pas dire qu'il est vraiment sous estimé, mais j'ai le sentiment qu'on le cantonne aux seconds rôles...

Un rêve : Bienvenue à Gattaca, tout n'est pas écrit, j'espère.

Un fantasme : Soigner Juliette Binoche dans le hussard sur le toit. Dis donc, ça fait deux fois. On va croire que je fantasme sur elle...

lundi 18 août 2008

On m'appelle "Tape qu'un coup"

 

Un petit jeu très fun via Boulet. En plus, pas trop fatiguant, il n'y a qu'à cliquer et regarder. Mais très addictif quand même...

mercredi 6 août 2008

I'm sorry, Dave...

 

Ce que je prenais pour un dysfonctionnement de l'écran de notre portable et qui laissait entrevoir l'option de réparation sous garantie s'est révélé être un suicide de l'OS (dois-je vraiment le nommer ?). Je ne crois franchement pas à un virus mais plutôt au fait que les updates automatiques se sont pris les pieds dans le tapis et ont joyeusement pilés les fichiers systèmes d'icelui. Ce logiciel n'en finira jamais de me fasciner...

Même pas moyen d'accéder au dos histoire d'essayer de récupérer quelques mégas [1] en ligne de commande. Heureusement il y a findus Ubuntu et surtout son live-CD. C'est juste génial. Ubuntu just works, comme ils disent. Le cd démarre et la distribution GNU/Linux tourne uniquement en mémoire vive. Et tout marche instantanément : Carte son, réseau, wifi. Même la jauge de la batterie fonctionne correctement. On donne la clé WEP et roule !!
Le temps de récupérer tout ce qu'on avait encore pas sauvegarder (une heure et demie) sur un disque dur amovible USB (reconnu immédiatement, il va sans dire) je me tâte de ne pas réinstaller la bouse à Billou et de mettre le héron hardi à la place. La perspective de devoir bidouiller pour jouer aux Sims2 pour Nady et GuildWars pour moi me retient de peu de sauter le pas.

Du coup je rebalance le DVD de restauration pour remettre l'ordi à blanc. C'est long. C'est plus que long. Et il faut rebooter huit fois. Huit ! Tout ça pour réinstaller des logiciels émétiques et/ou publicitaires. Et je ne parle pas de l'antivirus livré indésinstallable, c'est proprement insupportable. Bon, en fait si, ça se vire, mais c'est vraiment la galère. Et il faut rebooter une fois de plus...
Quand je pense à la facilité et la rapidité d'installation d'Ubuntu. Qui, en plus, est quasi complet d'entrée de jeu. Dès la fin du processus, tout fonctionne, pas de redémarrage à la chaîne avec des barres de progression débiles qui ne représentent rien. Là, je dois me repalucher un nombre impressionnant de soft à télécharger, installer, c'est lourd. Dans la distri Ubuntu, le menu correspondant à "ajouter/supprimer des logiciels" sert effectivement à ajouter des logiciels. Ce qui est quand même pratique, tout se fait au même endroit.

Tiens, puisqu'on en parle, je vais faire la liste de tout ce que je dois télécharger/réinstaller et si vous avez des idées sur un truc indispensable, je suis preneur :

  • Internet :

Firefox : premier truc téléchargé et installé (Firefox3, pour voir) avant de récupérer Avast
Thunderbird : téléchargé et installé
Messenger : téléchargé (installé 08-08-08)
Skype : téléchargé (installé 08-08-08)

  • Utilitaires :

Avast : téléchargé et installé. Il a d'ailleurs d'emblée trouvé un adware après 3 minutes d'activité...
CD Burner XP : téléchargé, logiciel de gravure (installé 08-08-08).
FileZilla : téléchargé client FTP (installé 08-08-08).
Google Earth : téléchargé, inutile donc indispensable (installé 08-08-08)
nLite : téléchargé histoire de voir si je peux me faire le fameux cd d'install qui me manquait pour tenter de réparer, ça pourrait à nouveau survenir, ce genre de "gag" (installé 08-08-08).
Notepad 2 : téléchargé ce petit éditeur à utiliser à la place du classique et très nul notepad (installé 08-08-08).

  • Audio :

CDex : téléchargé (installé 08-08-08).
Winamp : téléchargé en version 5.5.4, soit disant plus légère, on verra (installé 08-08-08).

  • Photo :

Gimp : téléchargé. Dans Ubuntu, il fait partie des nombreux softs installés de base (installé 08-08-08).
Picasa : téléchargé. Encore un produit Google, mais il est vraiment pratique, convivial et rapide (installé 08-08-08).
XnView : téléchargé Plus complet et plus lourdingue, aussi (installé 08-08-08).

  • Video :

Magix Video Deluxe 2007 : À réinstaller. Je le trouve pas mal, ce soft.
DivX : téléchargé, essentiellement pour son player. C'est c0n, dans la bataille, j'ai dû perdre la licence pour divx converter pro EDIT : J'ai retrouvé le n° de licence, cool. (installé 08-08-08).
VLC Player : téléchargé bien que jamais utilisé jusque là (installé 08-08-08).

Voilà. Juste avant les vacances, si des fois j'avais eu peur de m'ennuyer... Je crois que je vais me tuyauter pour mettre Ubuntu en dual boot, pour la prochaine fois où ouindoz se mettra en croix.

Notes

[1] Vous voulez dire gigas ? huhuhu. Hum. Même en école d'électronique, on n'échappe pas à cette vanne d'informaticien.

lundi 21 juillet 2008

Nostalgie

 

Je suis passé, l'autre jour, devant une boutique de jouets anciens. Vieux automates mécaniques, jeux oubliés et maisons de poupées... Il y avait plein de petites choses, d'ailleurs, pour ces répliques de maisons pour petites filles. Avisant un lot de mini-chaises certes ouvragées, je demandais à la vendeuse ce qui justifiait son prix à trois chiffres. "Mais ce sont les petites chaises de Myrtiosa !!!". Devant ma mine déconfite, elle me désigna une petite poupée, visiblement recherchée par je ne sais quels collectionneurs vu le nombre de chiffres qu'arborait l'étiquette. Et puis elle est repartie, dédaigneuse, s'occuper de vrais clients qui connaissait les poupées Myrtiosa et surtout leur valeur…

Myrtiosa... Quel prénom bizarre. Ça me ramenait un petit paquet d'années en arrière, quand, profitant des vacances, je partais crapahuter avec mon cousin inventant des histoires fantastiques, inspirées par ce que tous les gamins peuvent lire d'aventures et de quêtes héroïques. Myrtiosa, typiquement le nom dont j'aurais rebaptisé l'île de nos vacances pour en faire une île mystérieuse, abritant nos pérégrinations de bandits imaginaires. La moindre des collines devenait la montagne de l'âme perdue. Un creux dans une roche et nous avions la grotte secrète de pirates fantômes, la cahute déglinguée sur la plage était notre fortin à défendre contre les forbans de la côte. L'été nous donnait l'occasion de rejouer maintes fois de chevaleresques épopées :

- Halte la ! On ne passe pas... Rebroussez chemin ou il vous en cuira.
- Écartez vous, je passerais, quoiqu'il en coûte.
- Alors il faudra nous tuer tous !
- He bien vous mourrez, la mort est mon métier...

Dans le soleil couchant nous rentrions enfin, auréolés par la gloire, la lumière et la boue parfois, et ces fois la, peut être que nos mères regrettaient d'avoir des enfants chevaliers qui ne savaient éviter les flaques...

Au départ, je pensais donner du boulot à akynou en faisant le malin et en lui refilant une liste de BD parce que je n'avais pas d'idée de romans pour son jeu. Mais en fait, c'était aussi pour notre pomme, le jeu. J'ai hérité des titres de Andrem et j'ai fait ce que j'ai pu...

mercredi 12 mars 2008

Le quart d'heure Nino Quincampoix

 

D'aucuns crient à l'abandon de poste. Alors, je vais balancer l'excuse bidon du jeune papa : "ha ben oui, mais avec les nuits qu'on ne fait pas, blablabla.", mais il va bien se trouver dans mes lecteurs lectrices [1] quelqu'un pour répéter la vérité, à savoir que sLeAbO junior est le bébé du prospectus qui ne pleure pas trop, qui ne se réveille qu'une fois par nuit 8 jours après la naissance et qui dit bonjour en 5 langues et qui ouvre de grands yeux sur tout ce qui l'entoure...

J'ai toutefois une autre excuse, limite vraie : on déménage début avril. Il faut terminer l'aménagement de la nouvelle maison et ça me prend un peu de temps avec mon Papa.
Enfin, heureusement que j'ai repris le taf, ça m'a permis d'enfin dépiler mon lecteur rss, sinon j'aurais jamais eu le temps. Du coup, je découvre plein de trucs à lire et qu'on m'a chargé d'une corvée supplémentaire d'un exercice amusant, en l'espèce : le questionnaire Poulain.
Pas le chocolat en poudre, l'Amélie.

"Si Amélie Poulain aime briser la croûte des crèmes brûlées avec la pointe de la petite cuillère, faire des ricochets sur le canal Saint-Martin et plonger la main dans un sac de grains nous avons tous et toutes des petits plaisirs qui n'appartiennent qu'à nous et qui quand on se sent épuisé, nous redonne du baume au cœur."

Je ne crois pas avoir de petit plaisir qui n'appartient qu'à moi. Il faut bien reconnaître que dernièrement, j'ai découvert un tout nouveau truc très baume-au-cœurisant mais pas du tout original : le serrage de bébé contre soi. Ça marche avec n'importe lequel, notez, mais quand c'est le sien, c'est incomparable. Toc, et d'un.

Prendre la route à moto sous le soleil du tout début d'après midi, ça me colle une banane d'enfer. Enrouler les virages, répondre au salut d'un motard qui à l'air lui aussi de se promener... Grisant. De deux.

Pour finir, on va croire que je repompe sur le petit sucre, c'est en rapport avec l'Océan. Rien ne me ressource plus que quand je m'assois sur un bon gros bout de granit breton, bien d'cheu moi. Respirer l'air du large, entendre le vent, les vagues. L'impression d'être à ma place, sur mes racines, apaisé.
Même s'il fait moche.
D'ailleurs, c'est peut être plus efficace quand la météo est pourrie. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas fait ça tiens...

Notes

[1] Ben oui, à part XIII, je crois bien qu'il n'y a que des filles à venir régulièrement...

vendredi 24 août 2007

Musique en streaming : deezer.com

 

On m'en a causé hier par mail, et c'est un peu partout sur le net : Un nouveau moyen principe d'écouter de la musique online sans être pirate. Tout ça sous la forme de deezer.com. Le principe, c'est de proposer de la musique en streaming. Si j'ai tout bien compris, il y a un algo qui reconnait les titres diffusés de façon à pouvoir rémunérer les artistes à travers la sacem. Pas d'abonnement : c'est la publicité sur le site qui finance. Est ce que ce principe sera viable ?

Il y a pas mal de titre en stock déjà. Il faut dire que ce n'est pas parti de rien puisque c'est la suite de blogmusik.net. La qualité est parfois inégal mais les bonnes volontés peuvent uploader leurs mp3 de façon à complèter ce qui manque et/ou qui n'est pas de bonne qualité.

Mais je suis déjà convaincu. Il faut que le player évolue encore en terme de convivialité et en fonctionnalités...

Mais déjà on peut partager via son blog un peu de musique. Il me semble que je vous avais parlé de cette chanson par le passé : Renaud - Rouge-Gorge.
free music

mardi 14 août 2007

Qu'en Lâam use Dick Eaubonne

 

On m'excusera pour le titre, mais je ne suis pas aussi doué que Sug qui m'a refilé il y a quelques temps déjà un questionnaire musical. Les vacances, le chantier, tous ça, ont fait que j'ai tardé. Cependant, vieux motard que jamais.

1.Comment vous vous sentez aujourd'hui ? Riké - Tahani
Je l'avais encore jamais écouté. C'est frais, c'est zen. Je crois bien que c'est tiré de "Air frais". Et ça colle à la question.

2. Irez-vous loin dans la vie ? Hélène Ségara - Tu ne seras jamais libre
D'abord merci chérie pour cette musique. Par rapport à la question, je ne sais pas comment interpréter... C'est super encourageant ;-)

3. Comment vos amis vous voient-ils ? Patrick Bruel - Va ou tu veux
Il y a droit à des jokers dans ce questionnaire, sans dec' ?

4. Allez-vous vous marier ? Raphaël - Des mots
A vrai dire, le mariage pour nous, c'est un peu plus que des mots.

Des mots pour la p'tite fiancée
Celle qu'on aurait pas dû laisser tomber
Avec son p'tit coeur qui rêve, sur le pavé
Et son petit regard qui sait plus où se poser

A priori, je ne crois pas être tombé dans ce piège

5. Quelle est la chanson emblème de votre meilleur ami ? Sandrine François - Folle de lui
Ha ? Heu, bon.

6. C'est quoi, l'histoire de votre vie ? Céline Dion - The first time ever I saw your face
Ouille. Bon, apparremment, ce n'est pas exactement une chanson à proprement parler de la cousine d'outre atlantique, mais une chanson populaire dont Roberta Flack aurait fait un tube. Sinon, par rapport au test, si avec ça, je ne suis pas un romantique...

7. C'était comment, le lycée ? Norah Jones - Peace
Exactement ça. L'insouciance, les copains, le bon temps. Je suis très nostalgique de cette période.

8. Comment pouvez-vous avancer dans la vie ? Diam's - Me revoilà
Je crois pas avoir autant de gniak que cette fille, mais bon.

9. Quelle est la meilleure chose à propos de vos amis ? Ar Re Yaouank - Evelkent evelkent
Ha voilà de la biniouzerie comme j'aime. C'est un plinn pour ceux qui dansent et sinon, par rapport à mes amis, c'est vrai que les festou noz ont été une des bonnes choses partagées avec des amis.

10. Quoi de prévu ce week-end ? Roch Voisine - Apotheose
Au secours. Pas lui, tout un week end, sérieux.

11. Pour décrire vos grands-parents ?... Natacha St Pier - J'oublie
Sans rentrer dans les détails, déçu, je préfère en effet oublier.

12. Comment va votre vie ? Carré Manchot - suite Plinn
Tiens, encore un plinn. Une explication s'impose pour les parisiens ceusses qui connaissent pas les danses bretonnes, le plinn est une danse en cercle assez trépidante. L'analogie avec notre vie actuelle est assez amusante.

13. Quelle chanson jouera-t-on à votre enterrement ? Céline Dion - A new day has come
Alors ça, non. Plutôt crever. Mouarf.

14. Comment le monde vous voit-il ? Sinsemilia - la route pour ailleurs
Ouais. Me voit il comme celui qui fuit les siens ou comme celui qui fait fuir ? J'espère plutôt qu'on me prête plutôt l'ouverture d'esprit de Sinsé.

15. Aurez-vous une vie heureuse ? Flook - Flatfish
C'est frais, joyeux, enjoué. De la musique irlandaise et un peu celtique et je trouve que ça répond positivement à la question.

16. Qu'est-ce que vos amis pensent vraiment de vous ? Kelly Clarckson - Walk away
Cool, barre toi, c'est sympa de leur part. C'est fiable à 100% ce test ?

17. Est-ce que les gens vous désirent secrètement ? Vegastar - 100ème étage
Huhuhu. C'est rigolo des fois la lecture aléatoire.

Au 100ème étage,
Les filles de ton âge
Cherchent à percer le grand mystère
Au risque d'en rester prisonnière

Quelle soupe quand même...

18. Comment me rendre moi-même heureux ? Benabar - la berceuse
Message (à peine) subliminal ?

19. Qu'est-ce que vous devriez faire de votre vie ? Bronski beat - Smalltown boy
Si j'en crois le clip, je devrais voyager en train...

20. Aurez-vous des enfants un jour ? Katie Melua - Shy boy
Il ne va pas falloir être trop timides, si on veut faire des bébés.

21. Sur quelle chanson vous feriez un strip-tease ? Sean Paul - we be burnin
Hé bien si je n'ai pas trop d'idée sur la façon de faire, je peux toujours reluquer les demoiselles du clip

22. Si un homme dans une camionnette vous offrait un bonbon, que feriez-vous ? Liberty X - Just a little
La proposition me semble aussi explicite que la chanson, non ?

23. Qu'est-ce que votre maman pense de vous ? Les Wampas - Ballrom Blitz
J'ai du mal à croire qu'elle me voit comme Didier Wampas...

24. Quel est votre plus sombre secret ? Michel Berger - Quelque mots d'amour

Il manque quelqu'un prèsde moi
Je me retourne, tout le monde est là
D'où vient ce sentiment bizarre que je suis seul ?
Parmi tous ces amis et ces filles qui ne veulent
Que quelques mots d'amour

Ouais, et si c'était ça ?

25. Quelle est la chanson emblème de votre ennemi mortel ? Tryo - Mam'selle Bulle
Ca va, il ne doit pas être trop mortel, mon ennemi.

26. Quelle est votre personnalité ? Lene Marlin - Sitting down here
Heu... Ca parle de prendre sa revanche, bizarre. Je ne crois pas être particulièrement revanchard.

27. Quelle chanson jouera-t-on à votre mariage ? M - Le mec hamac
Je ne sais plus si c'est passé, c'est possible. Mais il y a eu pour le gateau John Miles - Music was my first love. Quelle révélation !

jeudi 7 juin 2007

Dell ivre

 

Merci au petit sucre (d'où le titre) pour son questionnaire[1] sur les livres. C'est parti.

Les quatre livres de mon enfance : Petit, je lisais énormément. Les bibliothèques roses puis vertes. Du coup, je n'ai pas de titre précis sinon l'inénarrable Oui-oui au pays des jouets d'Enid Blyton que j'ai continué à lire ensuite avec le club des cinq.

A la suite de quoi j'ai enchainé sur les six compagnons (de la Croix-Rousse) de Paul-Jacques Bonzon. Ce qui m'a marqué, puisque notre brave toutou s'appelle Kafi, comme le chien de Tidou.

A part ça, pour les livres de mon enfance, j'avais une édition de Robin des bois que j'ai lu et relu. Et rerelu. Jusqu'à la nausée. Je sais toujours pas pourquoi. Quand je n'avais plus de livre à lire, je lisais Robin des bois.

Les quatre écrivains que je lirai et relirai encore :

Stephen King, sans doute. Mais par épisode. Et s'il pouvait s'en tenir à écrire des nouvelles, ça ne serait que meilleur.

Sinon, heu... Je dois dire que je sèche, là. Je ne suis pas super attaché à tel ou tel auteur, je crois. Mais c'est peut être parce que je ne prends plus le temps de lire depuis trop longtemps.

Kessel, tiens. Quand j'ai lu Mermoz (à cause de XIII, ça m'a donné l'envie de relire Le lion et de découvrir d'autres bouquins, de lui.

Et puis pour faire dans le classique, peut être du Zola, pour la dimension historique de ses romans.

Les quatre auteurs que je n'achèterai (ou n'emprunterai) plus :

Pas trop d'idées, non plus. En plus telle que la question est tournée, ce sont des auteurs que j'aurais déjà lu...

...

Ha si !!! Alexandre Jardin. C'est mignonnet quand tu lis ça adolescent. Après tu arrives dans la vraie vie et c'est complètement naze d'utopie.

Ha oui, et je ne pense pas relire du Enid Blyton, Paul-Jacques Bonzon ni Cécile Aubry.

Les quatre bouquins que j'emmènerai sur une île déserte :

Je serais tenté d'emmener la totale des rougon-macquart, mais je crains que ça ne tienne pas en quatre livres. Pourtant, c'est bien sur une ile déserte que j'aurais le temps de me cogner toute cette description généalogique.

Je crois surtout que j'emmènerai les quatre tomes de Comment faire un radeau sûr pour retourner à la terre ferme.

Les quatre premiers bouquins de ma PAL (Pile A Lire) :

Cette PAL est toute virtuelle. Depuis la fin de la prépa, j'ai perdu l'habitude de lire. En ce moment, je commence tout juste Ne le dis à personne (Harlan Coben).
Pour bien faire, j'aimerai enchainer sur le fameux H2G2, le fameux Guide du routard galactique de Douglas Adams, si possible en anglais dans le texte.

Voilà, ça fait déjà 6 livres, je considère donc avoir répondu à cette question.

Les 4X4 derniers mots d'un de mes livres préférés :

[...] la petite Elanore sur les genoux
Il respira profondément. Eh bien, me voici de retour, dit-il.

Notes

[1] J'aurai volontiers trackbacké si les trackbacks n'étaient pas fermés... ;-)

jeudi 15 mars 2007

grève du titre

 

L'agrégateur se remplit doucement de ses fils rss. Il y a du nouveau (entre autre) chez XIII (qui aurait pu nous chanter "''Quand te reverrais-je ?''" sur son zozo s'il n'avait pas eu de GSM) et chez leeloolene (rendue à nouveau à l'autre bout de la planète). L'inconvénient avec les blogs de deux suscités, c'est qu'ils utilisent des fils rss courts et que je doit aller sur leurs blogs pour en savoir plus long que le résumé que Feedreader récupère.

C'est un peu comme les images de certains blogs dont l'adresse est mise en relative dans le blog alors que si elle était en absolue, feedreader me l'afficherait.

Voilà.

C'était mon quart d'heure de bougonnerie bloguesque. On n'a pas la procrastination facile, de nos jours...

Ha tiens, du neuf chez Sugar... Un portrait chinois, en l'occurence. C'est quand même cool, on m'en refile jamais de ces questionnaire à la no... Ha si, tiens. Merci Sugar.

Alors... Si j'étais

Une couleur : ce serait une couleur flamboyante
Un animal : Une tortue ou un lézard. Un truc qui ne fonctionne que s'il y a du soleil.
Un métier : corsetier.
Un vêtement : un balconnet élégant.
Une fleur : une pâquerette
Un point faible : la colère.
Un point fort : la simplicité ?
Un siècle : pas d'idée.
Une voiture : Si j'étais une voiture, ça me ferait vraiment braire.
Un alcool : le Martini blanc.
Un objet : un couteau suisse.
Une paire de chaussures : rouge ou alors de fille, raffinée et à talon.
Un pays : la Bretagne ?
Une pierre précieuse : le granit rose.
Un bijou : en argent
Un grigri : mon alliance et ma bague.
Un acteur : Matt Daemon (mailer, huhuhu. hum.)
Une actrice : Sophie Gullemin. Ou alors Keira Knightley, pour son apparence espiègle. Ou plutôt Kelly Reilly. De toute façon, ça change chaque semaine.
Une chanson : Aujourd'hui, ce serait plutôt "Où c'est qu'j'ai mis mon flingue ?".
Un film : Papa.
Un dessin animé : Cat's Eyes.
Un prénom masculin : Le mien.
Un prénom féminin : Vanessa, je cois.
Un bonbon : J'aime pô les bonbons. Je n'en ai quasiment jamais mangé de ma vie.
Un aliment : le Nutella™. C'est d'ailleurs une honte : Le familial a bientôt doublé de prix en trois ans. Ca coûte quasi aussi cher qu'un paquet de clopes. Et dans mon cas ça dure aussi (peu) longtemps qu'un paquet de clopes pour certains fumeurs. D'ailleurs j'arrête le Nutella™ à la fin du pot qui me reste.
Un chocolat : En poudre.
Un tatouage : Non. C'est moche et tristement banal. Reste t'il encore des filles (à part Chérie et Sugar, la peureuse des aiguilles) qui n'ont pas de dessins sur les reins, l'épaule ou la cheville ?
Une arme : Non, ça pourrait mal finir (cf point faible).
Un oiseau : Un épervier.

A qui refourguer le bébé ... On va mettre XIII, et puis Nady. Ca fait longtemps que Nady n'a pas écrit ici, hein ?

mardi 17 mai 2005

blogation synchronisée

 

Après avoir vaguement zapouillé sur le retour de TARATATA vendredi dernier, et farfouillé l'excellent chiboum's blog (que je n'avais pas mis dans ma liste qui commence à être conséquente, parceque c'était chiant dans l'ancien dotclear de réorganiser les liens, mais maintenant ça ne l'est plus...) Je peux arborer ceci :
Entendre VD chanter est un supplice